22:58 - Lundi 15 juillet, 2024

- 8. Muḥarram 1446

Des formes d’idolâtrie [al chirk (2/3)]


Lorsque l’on évoque l’idolâtrie, l’homme moderne pense immédiatement aux cultes qui étaient jadis rendus aux statues. Or on ne peut limiter l’association, contre laquelle le Coran met en garde, à cela. Après avoir énuméré les origines de l’idolâtrie, nous constatons que si la forme de cette dernière varie à travers l’histoire humaine, elle se manifeste en général de cinq façons différentes.

Tout d’abord, l’association à Allah dans un but de se rapprocher de Lui et de gagner Sa Miséricorde : Ceux qui prennent des protecteurs en dehors de Lui [Allah] prétendent : Nous ne les adorons que pour qu’ils nous rapprochent d’avantage d’Allah [39;3]. Ceux qui agissent ainsi ne renient ni l’existence d’Allah, ni ses principaux attributs, de la même manière qu’ils croient souvent aux anges, au Jour Dernier, aux Livres révélés et aux prophètes. Leur erreur est d’avoir adopté un intermédiaire entre leur Créateur et eux. Tel est le cas de ces milliers de personnes qui accomplissent des pèlerinages sur les tombes des saints ou prétendus saints, de ceux qui adressent leurs supplications aux prophètes, ou au Messie ; qui craignent et espèrent en des êtres humains comme eux, au lieu de craindre et d’espérer en Allah.

Dans la suite logique de ce type d’idolâtrie, vient la recherche d’intercession adressée à autre qu’Allah. Tel était le cas des Arabes, avant l’Islam, qui adoraient statuettes et Anges, desquelles ils faisaient les filles favorites d’Allah : Ils adorent en deçà d’Allah ce qui ne peut en rien ni leur être profitable ni leur nuire et disent qu’ils sont leurs intercesseurs auprès d’Allah. Dis : Voulez-vous mettre au courant Allah de ce qu’Il ignore dans son royaume ? Pureté à Lui, comme Il est bien au-dessus de ce qu’ils Lui associent ! [10;18], Ont-ils adopté des intercesseurs ? Dis : Quoi ! Alors qu’ils n’ont aucun pouvoir et sont dépourvus de raison ! *Dis : L’intercession toute entière est à Allah, à Lui appartiennent les Cieux et la terre et vers Lui vous reviendrez ! [39;43-44]. Nous ne nions pas le principe d’intercession confirmé par le Coran et la Sunnah. En effet, au Jour du Jugement, Allah accordera à qui Il veut la grâce d’intercéder pour ceux qu’Il veut parmi leurs proches. Donc, l’intercession Lui revient, et c’est Lui et non les ignorants qui connaissent les intercesseurs, et c’est donc Sa Miséricorde et non celle d’un autre que nous devons convoiter et implorer : Et que d’Anges célestes dont l’intercession n’aura d’effet que quand Allah le permettra, et qu’en faveur de ceux qu’Il voudra et qu’Il agrée [53;26].

Ensuite vient l’idolâtrie qui se manifeste par l’obéissance aveugle à autre qu’Allah. L’adoration ne se résume pas qu’à un ensemble d’inclinaisons et de prosternations, mais elle est également et avant tout une obéissance vouée à la Divinité, dans ce qu’Il ordonne et ce qu’Il interdit. Nul ne peut interdire ce qu’Il autorise, et vice-versa autoriser ce qu’Il prohibe : O croyants ! N’interdisez pas ce qu’Allah vous a autorisé [5;87]. Entendant le verset parlant des gens du Livre : Ils prirent leurs chefs religieux et leurs guides comme seigneurs en deçà d’Allah [9;31], Adi Ibn Hatim, qui était alors encore chrétien objecta : Ils ne les adoraient pas ! puisque pour lui l’adoration consistait en un ensemble de rites purement religieux. Le Prophète lui répondit : Ô que si ! Ils leur ont interdit le licite et autorisé l’illicite, et ils leur obéirent : c’est cela l’adoration qu’ils leur ont voué ! [Ahmad, Tirmidhi, Ibn Jarir, authentifié par Al Albani]. Voilà comment des millions de personnes prennent leurs leaders, leurs maîtres à penser, ou leurs guides comme des divinités au lieu d’Allah, en leur vouant une obéissance absolue.

Une autre forme d’idolâtrie provient de l’ignorance à l’endroit des prescriptions coraniques en matière de relations sociales. Comme le fait de se lier d’amitié avec qui exècre notre religion ou de détester qui la soutient et la défend : Vous n’avez d’autres alliés qu’Allah, son messager et les croyants qui pratiquent la prière, donnent la Zakat et s’inclinent. *Qui s’allie à Allah, au Messager et aux croyants [doit savoir que] c’est le parti d’Allah qui l’emportera. O croyants ! Ne prenez pour amis ceux qui se moquent de votre religion et la prennent à la rigolade… [5;55 à 57] et Allah ne vous interdira jamais d’être bons et justes avec ceux [des non-musulmans] qui ne vous ont pas combattu à cause de votre religion et qui ne vous ont pas expulsé de chez vous ; [au contraire] Allah aime les gens justes ! [60;8]. Ces principes sont logiques : Qui aime Allah plus que tout ne peut s’entendre avec qui se moque de Lui et Le renie et vice-versa, pourtant, beaucoup les oublient, mais : Tu ne trouveras pas parmi les gens qui croient [vraiment] en Allah et au Jour Dernier quelqu’un qui se lie d’amitié avec celui qui s’oppose à Allah et à son Messager, fusse-t-il son parent, son enfant, son frère ou l’un de ses proches… [58;22]. Le Prophète dit : Aimer et détester pour Allah fait parti de la foi [Al Boukhari]. Les pensées, les œuvres et les sentiments du vrai monothéiste trouvent toutes, leur inspiration dans le Coran et sont toutes vouées à Allah.

La dernière forme d’association et la plus subtile réside dans l’ostentation. Le Prophète a mis en garde contre cette dernière, disant qu’elle pénètre le cœur du croyant comme les fourmis s’introduisent dans une maison pendant la nuit ! Entendant cela Abou Bakr s’exclama : Mais comment s’en prémunir, ô Messager d’Allah !, le Prophète l’orienta alors à la prière suivante :Seigneur Dieu ! Préserve-moi de t’associer sciemment quoique ce soit et pardonne moi pour ce que je fais inconsciemment*[Ahmad et Tabarani, Sahih]. Ainsi, le serviteur fait des efforts pour rendre parfaite son œuvre mais aime et cherche à être vu par les autres, pour être loué et être reconnu comme pieux, généreux etc. Ainsi, le Prophète a dit que parmi les premiers hommes à rentrer en Enfer seront des prétendus-martyrs, -savants, et -généreux ayant chacun œuvré afin que l’on dise d’eux qu’ils sont courageux, instruits etc. Il appartient donc à chacun de sonder son cœur, de vérifier ses intentions, et de chercher à atteindre la sincérité. L’ostentation disait Hassan Al Basri, ce n’est pas seulement d’œuvrer pour le regard des créatures mais c’est aussi abandonner ce que l’on a l’habitude de faire pour Allah à cause du regard des gens : Si vous donnez ouvertement vos aumônes c’est bien, et si vous les faîtes discrètement c’est mieux [2;271]Qu’Allah nous préserve et nous compte au nombre de ses serviteurs sincères !

Et Allah sait mieux !

* اللهم اني اعوذ بك ان اشرك بك شيئا اعلمه واستغفرك لما لا اعلمه

 

 

 


Rubrique: Bien comprendre l'Islam