7:07 - Jeudi 28 octobre, 2021

- 21. Rabīʿ al-Awwal 1443

Une lumière dans son coeur


noorاللَّهُ نُورُ السَّمَاوَاتِ وَالْأَرْضِ مَثَلُ نُورِهِ كَمِشْكَاةٍ فِيهَا مِصْبَاحٌ الْمِصْبَاحُ فِي زُجَاجَةٍ الزُّجَاجَةُ كَأَنَّهَا كَوْكَبٌ دُرِّيٌّ يُوقَدُ مِنْ شَجَرَةٍ مُبَارَكَةٍ زَيْتُونَةٍ لَا شَرْقِيَّةٍ وَلَا غَرْبِيَّةٍ يَكَادُ زَيْتُهَا يُضِيءُ وَلَوْ لَمْ تَمْسَسْهُ نَارٌ نُورٌ عَلَى نُورٍ يَهْدِي اللَّهُ لِنُورِهِ مَنْ يَشَاءُ وَيَضْرِبُ اللَّهُ الْأَمْثَالَ لِلنَّاسِ وَاللَّهُ بِكُلِّ شَيْءٍ عَلِيمٌ

Allah est la Lumière des cieux et de la Terre. Sa lumière est semblable à une niche dans laquelle se trouve une lampe. La lampe est dans un récipient de cristal qui la fait ressembler à un astre de grand éclat ; son combustible vient d’un arbre béni : un olivier ni oriental ni occidental dont l’huile semble éclairer sans même que le feu ne la touche. Lumière sur lumière. Allah guide vers Sa lumière qui Il veut. Allah propose aux hommes des paraboles et Allah est Omniscient. [Sourate 24, La lumière, 35]

Après avoir évoqué Sa propre lumière qui rayonne sur l’Univers tout entier, Allah le Très Haut évoque la lumière habitant le cœur du croyant. Abou Ja’far Al Razi rapporte cette interprétation du maître, Oubay Ibn Ka’b, compagnon du Prophète (paix et salut sur lui) qui disait : « Allah est la lumière des cieux et de la Terre, la lumière de ceux qui ont cru en lui est comparable… ». Cette lumière, explique Oubay, provient de la rencontre entre « la flamme de la foi » et « l’essence du Coran ». Nous comprenons donc que si la lumière visible nous permet d’observer les formes et les couleurs des objets qui nous entourent, la lumière de Dieu, censée habiter le cœur des croyants, devrait nous permettre d’en observer – ou au moins d’en deviner – certains des aspects spirituels.

La niche (michka) fait référence aux renfoncements creusés autrefois dans les murs afin d’y placer une lampe (misbah), la forme de la cavité permettant de répandre la lumière dans toute la pièce. La lampe, évoquée dans ce verset, se trouve dans un récipient de cristal (zoujaja) qui intensifie ainsi son éclat, le rendant semblable à un astre lumineux (kawkab douriy). Cette lampe est alimentée par une huile, elle-même produite par un olivier béni. Cet arbre ne se trouve ni à l’Est ni à l’Ouest et bénéficie donc d’une exposition permanente au soleil. Ainsi cet arbre produit une huile si pure et si claire qu’elle suffirait à elle-seule pour illuminer. Lumière sur lumière : la lumière du feu sur la lumière de l’huile, les deux éléments s’embrasent pour donner plein éclat à la lampe.

Ainsi, chacun d’entre nous possède dans sa niche, que représente la poitrine, une lampe qui est le cœur. Le cristal qui le recouvre correspond à la nature saine (fitra) que Le Tout Puissant a accordée à tous les êtres humains sans exception et qui les prédispose à distinguer le bien du mal et à croire en la puissance Divine. L’huile qui l’alimente correspond à la foi qui donnera le meilleur de son illumination au contact de la lumière coranique. Ceux donc qui auront su exploiter cette lumière goûteront pleinement à la douceur de la foi et ceux-là sont ceux qu’Allah a guidé vers Sa lumière.

Allah nous donne ici en parabole un élément de la vie courante, connu de tous, afin de nous pousser à la réflexion. Ainsi ce qui n’est qu’un outil pratique devient un rappel au quotidien, où chacun doit s’interroger sur l’état de son cœur : l’ai-je suffisamment alimenté ? L’ai-je nettoyé par le repentir et les bonnes actions ou l’ai-je laissé se couvrir par les impuretés des péchés l’empêchant ainsi de refléter pleinement les étincelles du Coran ? Quiconque veut en préserver la luminosité doit travailler continuellement sur sa foi.


Rubrique: Exégèse du Coran