4:12 - Lundi 6 décembre, 2021

- 1. Jumādā al-Ūlā 1443

La récitation dans la prière


Après avoir décrit les ablutions et la prière du Messager de Dieu (paix et salut sur lui), nous allons aujourd’hui nous arrêter sur sa récitation du Coran au cours des différentes prières.

La récitation du Coran a toute son importance dans la prière. En effet, il est obligatoire de le réciter dans chaque raka’a de toutes nos prières. En premier lieu, réciter le Coran signifie soigner sa récitation et le psalmodier. Le Prophète (paix et salut sur lui) a incité à cela par la parole, par ses actes et par ses approbations quant aux comportements des compagnons allant dans ce sens. Dieu dit : Et psalmodie le Coran en articulant distinctement[73;4]. Confirmant ce verset, le Prophète (paix et salut sur lui)a dit : Ornez le Coran de vos voix[Abou Dawoud, Al Nasa'i, Ibn Majah, auth. Al Albani]. Le Prophète (paix et salut sur lui) a également montré l’exemple et mis en pratique cette recommandation. Al Barâ Ibn ‘Azib nous rapporte : J’ai entendu le Prophète (paix et salut sur lui) réciter au cours de la prière de ‘icha la sourate ‘Par le figuier et par l’olivier’ [95]. Je n’ai jamais entendu une voix aussi belle que la sienne [Al Boukhari & Mouslim]. De même, quand les compagnons embellissaient leurs voix en récitant le Coran, le Prophète appréciait cela et les félicitait comme c’était le cas pour le compagnon Abou Moussa Al Ach’ary. Selon Aïcha, le Prophète (paix et salut sur lui)entendit la voix de ce dernier lorsqu’il récitait et dit : On a donné à Abou Moussa une voix semblable à celle de la famille de David[Ahmad, auth. Al Arnaout].

Réciter le Coran dans la prière demande également de méditer sur le sens des versets que nous lisons. Pour cela, la récitation doit être faite avec profondeur et accompagnée d’un recueillement. Dieu dit : Que ne méditent-ils pas sur le Coran ? [47;24]. En le commentant dans son tafsir, Al Qourtoubi dit que ce verset prouve qu’il est obligatoire de méditer le Coran afin de comprendre son sens. C’est la raison pour laquelle le Prophète (paix et salut sur lui)méditait les versets du Coran lors de ses prières. Houdayfa disait : J’ai prié avec le Prophète r et il ne récitait aucun verset relatif à la miséricorde sans s’y arrêter et formuler des demandes. Il ne récitait aussi aucun verset relatif au châtiment sans en demander protection[Abou Dawoud, Al Tirmidhi dit : hassan]. La récitation profonde et sincère du Prophète (paix et salut sur lui)ravivait en lui le sentiment de crainte d’Allah. Le père de Moutarrif Ibn Abdoullah Ibn Shikhkhir rapporte : J’ai vu le Prophète (paix et salut sur lui) sangloter dans sa prière tant sa récitation était émouvante.[Abou Dawoud, Al Tirmidhi : hassan].

Après avoir vu l’importance que le Prophète (paix et salut sur lui)donnait à la psalmodie du Coran, détaillons maintenant le contenu de sa récitation au sein des cinq prières canoniques.

En règle générale, le Prophète (paix et salut sur lui)récitait le Coran de manière plus ou moins longue en fonction des prières. Ibn Al Qayyim dit : Il récitait dans la prière de l’aube entre 60 et 100 versets. Il est rapporté qu’il y a entre autres récité les sourates suivantes : Qâf [50], Ar-rûm [30], Al takwir [81], mais aussi des sourates plus courtes comme Az-zalzala [99], Al Falaq ou Al Nas [113 et 114]. Le Prophète prolongeait parfois la récitation du Coran dans la prière de midi [al dhohr]. Il y récitait tantôt la sourate As-sajda [32], tantôt la sourate Al-a’lâ [87], tantôt la sourate Al-layl [92], tantôt la sourate Al-bouroûj [85]. Dans la prière de l’après-midi [al’asr] il récitait la moitié de ce qu’il récitait dans la prière de zhuhr quand il allongeait cette dernière. Dans la prière du soir [al maghrib], il lui est arrivé de réciter la sourate Al-a’raf [7] qu’il a reparti en deux rak’ats, une fois la sourate At-toûr [52], une fois la sourate Al moursalât [77]… Dans la prière de la nuit [al 'ishâ], il a récité une fois la sourate At-tîn [95]. Il a fixé à Mou’adh le temps qu’il ne doit pas dépasser dans la récitation de la prière de la ‘icha en lui recommandant de réciter des sourates de longueurs moyennes, comme les sourates Ash-shams [91], Al-a’lâ [87] ou Al-layl [92]. Il a désapprouvé le fait qu’il dirige les siens en prière en récitant la sourate Al-baqara [2] et lui a dit à ce propos : Voudrais-tu être une source de tentation ô Mou’adh ?[Al Boukhari & Mouslim].

Toutes ces informations ont été rapportées authentiquement du Prophète (paix et salut sur lui). Nos savants les concilient en disant qu’en règle générale, le Prophète (paix et salut sur lui)allégeait sa prière et incitait les compagnons à faire de même. Cette règle est basée sur le hadith dans lequel Abou Hourayra rapporte que le Prophète (paix et salut sur lui) a dit : Si l’un de vous dirige la prière, qu’il l’allège car il se peut qu’il y ait derrière lui un enfant, une personne âgée ou fébrile, ou quelqu’un qui a une chose importante à faire. S’il prie seul, qu’il fasse alors comme bon lui semble[Al Boukhari et Mouslim].

Cependant, le Prophète (paix et salut sur lui) allongeait sa prière lorsqu’il priait seul la nuit ou avec quelques compagnons dont il connaissait le sérieux.

Et Allah est plus savant.


Rubrique: La Sounnah du Prophète