5:56 - Dimanche 25 août, 2019

- 23. Dhū al-Ḥijja 1440

Parler de Dieu sans savoir


L’Imam Ibn Al Qayyim – Que Dieu le prenne en sa miséricorde - dit sur le fait de parler de Dieu sans savoir : « Il s’agit d’un des plus graves interdits doublé d’un péché majeur. C’est pourquoi il vient en quatrième position dans les interdits sur lesquels toutes les Religions s’accordent. Ce genre d’interdit ne bénéficie d’aucune dérogation, contrairement par exemple aux aliments illicites tel le porc dont la consommation peut devenir licite dans certains cas de force majeure.

Donc les interdits sont de deux sortes : interdit en soi, c’est-à-dire qui n’est jamais rendu licite et interdit qui peuvent devenir licite, dans certains cas particuliers.

Dieu dit sur l’interdit en soi : Dis ‘ Mon Seigneur a interdit seulement : les turpitudes apparentes ou cachées…’ [7;33]. Et Il passe à ce qui est encore plus grave : ‘Le péché et la violence injuste’, puis Il passe à ce qui est encore plus grave : ‘Il a interdit d’associer à Dieu ce qui n’a reçu de Lui aucun pouvoir’, pour enfin, aborder ce qui est plus grave encore : ‘et de dire contre Dieu ce que vous ne savez pas’. Cette dernière attitude constitue le plus grave des interdits auprès de Dieu car elle renferme du mensonge contre Dieu et elle tend à lui attribuer ce qui est indigne de Lui, à modifier Sa religion, à nier ce qu’Il a confirmé et à confirmer ce qu’Il a infirmé, à réaliser ce qu’Il a annulé et vice-versa, à aimer ce qu’Il répugne et vice-versa, et à Lui attribuer ce qui ne convient pas ni à Son Essence, ni à Ses attributs, ni à Sa parole et ni à Ses actes. C’est donc auprès de Dieu l’un des pires interdits, qui est à l’origine du polythéisme et de l’impiété et constitue le fondement des hérésies et des égarements. En somme, toute innovation trompeuse dans la religion a pour origine le fait de parler de Dieu sans science. Voilà pourquoi les anciens pieux et leurs Imams ont fustigé cette attitude avec la dernière énergie et dénoncé ses adeptes partout où ils se trouvaient sur la terre. Ils ont mis sévèrement en garde contre eux et insisté dans leur désapprobation de cette attitude plus qu’ils ne le faisaient en fustigeant les turpitudes, les injustices et les transgressions. En effet, la menace que les innovations représentent pour la foi est de loin la plus grave.

[…] Quelqu’un parmi les Anciens pieux disait : ‘Que l’un de vous prenne garde à dire : ‘ Dieu a rendu ceci licite et a rendu ceci illicite’, de peur que Dieu ne lui dise : ‘ Tu as menti. Je n’ai pas rendu ceci licite et je n’ai pas rendu cela illicite !

Extrait de Les Sentiers Des itinérants


Rubrique: Le sentier des itinérants