5:55 - Dimanche 25 août, 2019

- 23. Dhū al-Ḥijja 1440

Ne désespère pas


Allah Le Très Haut s’adresse à Ses serviteurs qui ont péché, avec Ses paroles rassurantes : ‘Dis : Ô Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment, ne désespérez pas de la miséricorde d’Allah. Car Allah pardonne tous les péchés. Il est certes Le Pardonneur, Le Très Miséricordieux[39;53].

Après avoir pris conscience de cette faveur que nous offre Allah le Très Haut, il nous incombe de connaître la manière de parvenir à Son Pardon. C’est ainsi qu’Ibn Al Qayyim nous explique que les conditions de la repentance sont au nombre de trois : le regret, l’arrêt immédiat du péché et la ferme intention de ne pas revenir à ce péché. Il ajoute : Ces trois éléments se trouvent réunis au moment de l’intention de la repentance car à ce moment-là le serviteur regrette, cesse et prend la résolution. Il revient alors vers la servitude pour laquelle il a été créé, et ce retour constitue la réalité même de la repentance.

C’est dire alors que la repentance est une forme d’adoration qui nous rapproche d’Allah Le Très Haut.

Cela étant dit, le repentir est une remise en question de notre être qui doit nous permettre de purifier notre âme et de la bonifier.  C’est ainsi que les gens pieux craignent Allah le Très Haut qui les observe, et se remettent en cause continuellement pour déceler leurs négligences, s’autocritiquent, s’empêchent de céder à leurs passions et se contraignent à l’obéissance à Allah le Très Haut et à Le craindre d’après ce qui a été révélé : ‘Et pour celui qui aura redouté de comparaitre devant son Seigneur, et aura dompté ses passions, le Paradis sera son refuge’ [79;40-41].

Toutefois, l’espoir de la Miséricorde d’Allah le Très Haut ne doit pas nous faire oublier son châtiment. Car certes Dieu le Très Haut est Juste, et Il ne châtie pour un péché qu’en vertu de Sa preuve. Ibn Al Qayyim nous en explique le sens en disant que ‘la preuve de Dieu est administrée aux serviteurs par l’envoi des Messagers, la descente des Livres, la transmission du savoir et le fait qu’on lui ait donné les moyens d’y accéder. Ainsi, tout homme qui a la possibilité de connaître ce que Dieu a ordonné et ce qu’il a interdit et qui fait preuve de manquement à ce sujet, aura contre lui la preuve de Dieu. Car Dieu Qu’Il soit glorifié ne châtie un homme qu’après avoir établi la preuve contre lui. S’Il le châtie pour son péché, il ne le châtie qu’en vertu de Sa preuve prouvant l’injustice de cet individu.

Cher frère, chère sœur, ne tombe donc pas dans l’insouciance ! La voie de la sauvegarde étant d’avoir le cœur entre la crainte et l’espérance afin de ne pas tomber dans la désobéissance d’une part et d’espérer la Miséricorde d’Allah le Très Haut pour les péchés commis d’autre part. Sache enfin, mon frère, ma sœur, que la porte du repentir est constamment ouverte conformément au hadith rapporté par Abou Hourayra selon lequel l’Envoyé de Dieu (paix et salut sur lui) a dit : ‘Dieu accepte le repentir de toute personne qui se repent avant que le Soleil ne se lève à l’Ouest’ (i.e. la fin des temps)[Mouslim]. 

Citations extraites du Sentier des itinérants – Ibn Al Qayyim


Rubrique: Le sentier des itinérants