23:56 - Mardi 11 août, 2020

- 21. Dhū al-Ḥijja 1441

Naissance et enfance du Prophète


Notre Seigneur ! Envoie l’un des leurs comme messager parmi eux (la descendance d’Ismaël), pour leur réciter Tes versets, leur enseigner le Livre et la Sagesse, et les purifier. Car c’est Toi certes le Puissant, le Sage (2,129). Telle fut l’invocation d’Ibrahim lorsque ce dernier, assisté de son fils Ismaël, eut achevé de reconstruire la Maison Sacrée (Kaaba) vouée au culte de l’Unicité. Dieu exauça cette invocation bénie et en 571 de l’ère chrétienne, près de six siècles après la venue de Jésus, tandis que la Mecque était devenue le théâtre du culte des idoles et que le message du fils de Marie s’était altéré, naquit celui par qui Allah allait sceller la Prophétie.

Sa naissance : Abd al Muttalib, chef des Quraych, tribu la plus influente de la Mecque, avait dix enfants. Il maria l’un de ces fils, Abdallah, à Amina bint Wahb. Ce dernier mourut tandis que sa femme portait dans son ventre le Messager de Dieu (Paix et Salut sur lui). Mohammed est donc né un lundi matin au douzième jour du mois de rabi’ al awal au cours de l’année où se produisit l’épisode dit de l’Eléphant, mentionné au sein du Coran. Ibn Sa’d a rapporté dans ces tabaqat,de même que l’Imam Ahmed, que lors de l’accouchement une lumière jaillit de la mère du Prophète (Paix et Salut sur lui) et éclaira jusqu’aux palais de Syrie.

Une lignée des plus pures : Mouslim rapporte cette parole du Prophète (Paix et Salut sur lui) : Parmi les descendants d’Ismaël, Dieu choisit Kinâna, de la descendance de Kinâna, Il choisit Quraych ; de Quraych, Il choisit Hâchem ; de Hâchem, il me choisit. Les savants se sont accordés à remonter la généalogie du Prophète (Paix et Salut sur lui) jusqu’à Adnan, qui est un descendant d’Ismaël fils d’Abraham. Néanmoins, ils ont divergé concernant la filiation entre Adnan et le Prophète Ibrahim.

En outre, en l’absence de texte authentique, l’imam Malik a reprouvé le fait de remonter la généalogie du Prophète (Paix et Salut sur lui) au-delà de Adnan. Quoi qu’il en soit, Dieu choisit Son prophète parmi les descendants d’une lignée des plus nobles et dont aucun de ces membres ne se livra aux mauvaises mœurs propres à l’ère préislamique.

Sous la protection d’Allah… Comme à l’accoutumé chez les Arabes de la Mecque, Mohammed fut envoyé à la campagne pour y être sevré et grandir dans des conditions saines. Il fut recueilli par Halîma de la tribu des Beni S’ad. Cette dernière constata très vite les bénédictions entourant l’enfant. Tandis que la région était touchée par la sécheresse, son troupeau rentrait le soir toujours rassasié. Toute sa famille pouvait ainsi boire du lait jusqu’à satiété. A l’âge de deux ans, une fois l’enfant sevré, Halîma insista alors auprès de la mère du Prophète (Paix et Salut sur lui) pour le garder encore quelques temps. Le Prophète (Paix et Salut sur lui) resta donc chez les Beni S’ad et c’est à l’âge de quatre ou cinq ans que ce produisit un évènement extraordinaire. Mouslim rapporte d’après Anas que l’ange Gabriel apparut tandis que le Messager de Dieu (Paix et Salut sur lui) était en train de jouer avec d’autres enfants. Il le saisit, lui ouvrit la poitrine et en retira un caillot de sang. Ceci est la part du diable dit-il. Ensuite, le cœur de l’enfant fut lavé avec de l’eau dans un récipient en or puis replacé dans sa poitrine. Affolés, les enfants présents accoururent auprès de Halîma pour la prévenir. Celle-ci retrouva l’enfant en bonne santé, le visage pâle. Inquiète, elle le ramena auprès d’Amina, sa mère. Mohammed demeura avec elle pendant deux ans jusqu’à la mort de celle-ci. Désormais orphelin de père et de mère, il passa sous la charge de son grand-père, Abdul al Muttalib. Ce dernier, plein d’amour et de compassion envers lui, l’assista au mieux dans cette terrible épreuve. A la mort d’Abdul Muttalib, Mohammed était âgé de huit ans. Il fut recueilli par son oncle Abû Tâlib qui lui aussi, s’acquitta de son devoir envers son neveu de la meilleure manière.

En voyage au Châm : Agé de douze ans, le Messager d’Allah (Paix et Salut sur lui) accompagna Abû Tâlib pour un voyage commercial en Syrie. En chemin, près de Busrâ (Palestine), ils rencontrèrent un moine nommé Bahîra qui leur offrit l’hospitalité. Savant des Ecritures, il reconnut rapidement le Prophète de Dieu (Paix et Salut sur lui). Il put également observer sur le dos de celui-ci, le sceau de la prophétie décrit dans ses livres. Bahîra insista alors auprès d’Abu Tâlib pour ramener immédiatement l’enfant à la Mecque, certains savants du Livre en Syrie pouvaient en effet lui vouloir quelque mal. Impressionné, Abû Tâlib suivit son conseil et le renvoya à la Mecque. Ceux à qui Nous avons donné le Livre reconnaissent (le Messager Mohammad) comme ils reconnaissent leurs propres enfants [6;20].

Et Allah sait mieux…


Rubrique: La vie du Prophète (psl)