22:59 - Samedi 25 juin, 2022

- 25. Dhū al-Qaʿda 1443

La médecine moderne & le jeûne


Le jeûne du mois de Ramadan constitue l’un des piliers de la foi musulmane et est considéré comme un acte d’adoration et d’obéissance à la directive Divine : Ô croyants on vous a prescrit le jeûne comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous ainsi atteindriez-vous la piété [2;183]. Si le bienfait spirituel n’est plus à démontrer pour ceux qui le pratiquent, reste la question de ses bienfaits physiques et biologiques.

Une tradition dit : Jeûnez, vous serez en bonne santé. Bien qu’il ne s’agisse à priori pas d’une parole du Prophète (paix et salut sur lui), il n’en demeure pas moins que le jeûne présente effectivement des bénéfices pour la santé, comme le confirment certaines analyses scientifiques aujourd’hui.

L’espérance de vie s’est vue allongée dans les pays développés parallèlement à l’augmentation des maladies chroniques : hypertension artérielle, diabète, obésité, hypercholestérolémie. Ces maladies constituent des facteurs de risques d’accidents vasculaires de type AVC ou de crise cardiaque. Elles ont pour cause essentielle, un mode alimentaire  d’abondance adopté par les civilisations riches, et représentent pour de nombreux pays développés, mais aussi émergents, des problèmes de santé publique majeurs.

Depuis les années 50 plusieurs centres de recherche américains, allemands et russes, indépendants, se sont penchés sur la question du jeûne.

Les études chez les jeûneurs ont démontré des améliorations des chiffres de tension artérielle et également une amélioration des glycémies chez certains diabétiques de type 2. Il a aussi été noté une diminution de la croissance des cellules cancéreuses chez les jeûneurs sous chimiothérapie en comparaison avec les patients traités par chimiothérapie seule. Le principe étant de priver la cellule cancéreuse de ses apports énergétiques. Il a été également noté une atténuation des symptômes douloureux des  patients souffrants de rhumatismes.

Des cures de jeûne ont même lieu dans des centres spécialement conçus à cet effet. Le principe du jeûne au cours de ses études repose sur l’abstention complète de l’alimentation pendant plusieurs jours, le jeûneur n’a le droit que de s’hydrater. Ce type de séjour est remboursé par la sécurité sociale dans certaines régions de Russie qui en ont mesuré les bénéfices et en font un enjeu de santé publique.

Le modèle de jeûne en Islam est moins drastique que le modèle décrit précédemment mais ouvre des perspectives qui n’ont pas été explorées scientifiquement et reste en opposition avec le modèle d’abondance et de  surconsommation qui n’est pas en accord avec l’esprit de l’Islam.

En attendant des  études à plus grande échelle sur  les bénéfices du jeûne, il est à rappeler que pour certains patients souffrant de maladies chroniques le jeûne peut être contre indiqué ; un avis médical doit être demandé.


Rubrique: Islam et sciences modernes