15:08 - Vendredi 14 juin, 2024

- 7. Dhū al-Ḥijja 1445

Les récoltes fructueuses


Allah le Très Haut dit : L’homme ne prononce pas une parole sans avoir auprès de lui un Ange gardien prêt à l’inscrire [50;18]. Il nous exhorte en disant : Ô vous qui avez cru ! Quand vous tenez des conciliabules, ne vous concertez pas pour pécher, transgresser et désobéir au Messager, mais concertez-vous plutôt dans la bonté et la piété. Et craignez Allah vers qui vous serez rassemblés [9;58]. Il demande enfin à Son apôtre, Mohammad (Paix et salut sur lui) d’encourager les fidèles : Et dis à Mes serviteurs d’exprimer les meilleures paroles, car le diable sème la discorde parmi eux. Le diable est certes, pour l’homme, un ennemi déclaré. [17;53]. De plus, le Prophète (Paix et salut sur lui) affirme : En vérité, le serviteur peut, sans même y faire attention, prononcer une parole qui lui vaudra la satisfaction d’Allah et pour laquelle Il l’élèvera de plusieurs degrés [Al Boukhari & Mouslim]. Dans une autre version, Al Tirmidhi ajoute : une parole qui lui vaudra la satisfaction Divine, jusqu’au Jour où il Le rencontrera [Sahih]. Ceci étant nous allons essayer d’énumérer brièvement les types de propos au travers desquelles le musulman peut se rapprocher d’Allah, gagner en mérite, s’élever en degré, et obtenir Sa satisfaction et Son amour.

Allah nous interpelle en disant : Ô vous qui avez cru ! Évoquez abondement Allah et glorifiez-Le à la pointe et au déclin du jour [33;41-42]. Il décrit les musulmans et les musulmanes comme ceux et celles qui évoquent beaucoup Allah, et leur annonce un pardon et une immense récompense [33;35]. C’est ainsi que celui dont l’éthique était le Coran, celui dont la vie incarnait le message du Coran, à savoir le Prophète (Paix et salut sur lui), était décrit par son épouse, Aïcha, comme évoquant Allah en toute occasion [Mouslim]. Les recueils de hadiths nous apprennent ainsi qu’il évoquait Allah en se réveillant, avant et après avoir effectué ses ablutions, lorsqu’il ôtait ses vêtements et lorsqu’il s’habillait, lorsqu’il sortait et rentrait chez lui, lorsqu’il se dirigeait vers la mosquée, lorsqu’il entrait et sortait de celle-ci ; il évoquait encore Allah avant d’approcher ses épouses, et en entrant et en sortant des toilettes, en montant sur sa chamelle et encore avant de dormir. Il invoquait Allah avant de rencontrer l’ennemi, et au cœur des batailles, il L’évoquait au moment de sa maladie, et rendit finalement son âme pure en prononçant Son Nom ! Comment en serait-il autrement alors qu’il était le plus conscient de l’Omniprésence Divine et alors que son cœur était le plus empli d’amour et de crainte pour Allah ? À un homme venu l’interroger au sujet d’une œuvre surérogatoire à laquelle il pourrait s’agripper pour gagner le contentement Divin, l’Envoyé d’Allah (Paix et salut sur lui) dit : Fais en sorte que ta langue ne cesse d’évoquer Allah [Al Tirmidhi, Hassan]. En agissant ainsi, le musulman respectueux des obligations gagne la protection et les faveurs Divines, car Allah dit dans un hadith Qoudsi : Je suis avec [mon serviteur] lorsqu’Il m’évoque…

Ceci étant il y a différentes manières d’évoquer Allah. La prière est une forme d’évocation car Allah a dit à Moïse : Adore Moi donc et célèbre la prière afin de te souvenir de Moi [20;14].

Et la psalmodie du Coran, qu’elle soit fluide ou laborieuse, est également une excellente forme d’évocation, observée d’Allah : Tu ne te trouveras dans aucune situation, tu ne réciteras aucun passage du Coran, vous n’accomplirez aucun acte sans que Nous soyons témoin au moment où vous l’entreprendrez [10;61]. L’Envoyé d’Allah (Paix et salut sur lui) nous a appris que pour chaque lettre du Coran que nous réciterions, dix bonnes actions seraient inscrites à notre actif [Al Tirmidhi & Al Hakim, Sahih] !Vraiment, nul d’entre nous ne devrait en sachant cela négliger de lire au moins une page du Coran chaque jour.

Le fait de répéter les formules de louanges et de glorification comme soubhan Allah, al hamdoulillah, Allahou Akbar est une gymnastique très simple pour la langue, pourtant, la récompense que cela entraîne est énorme, à qui le fait en désirant plaire à Allah. Parmi ces formules il y a le fait de répéter deux paroles aimées d’Allah : Sobhan Allah wa bihamdih, Sobhan Allahi-l-adhim [Al Boukhari & Mouslim], ou d’attester l’unicité Divine dix fois matin et soir ou cent fois par jour, au travers de la formule la ilaha illa llah wahdahou la charika llah, lahou-l-moulk, wa lahou-l-hamd, wa houwa ‘ala koulli chayyin Qadir ou encore la formule lahoula wa la qouwwata illa billah [Il n’y a de force et de puissance qu’en Dieu] qui est un trésor du Paradis et qui se trouve sous le Trône [Al Hakim, Sahih]. Les prières sur le Prophète (Paix et salut sur lui) et les demandes de pardon à Allah[astaghfiroullah] ont également un grand mérite. Nous devrions tous apprendre ces quelques paroles, faciles à prononcer et pesant bien lourd dans la balance des bonnes œuvres, nous devrions prendre l’habitude de les répéter en marchant, en conduisant, en attendant le train ou le bus, ou lorsque nous pensons n’avoir rien à faire, cela nous permettra d’effacer nos péchés, de nous rapprocher d’Allah et d’accroître le capital de nos bonnes actions. Vers Lui monte la bonne parole, et Il élève haut la bonne action [35;10].

Le fait enfin, d’invoquer Allah, en Lui adressant nos demandes et en Le remerciant pour Ses bienfaits, en toute circonstance et en utilisant les formules prophétiques, constitue une autre forme connue d’évocation, car le Messager (Paix et salut sur lui) affirme quel’invocation c’est cela l’adoration [Abou Dawoud & Al Tirmidhi, Sahih].

La parole est un moyen de gagner les faveurs Divines, lorsqu’on l’utilise pour réconcilier les gens ou pour apaiser une personne affligée : Une parole agréable et un pardon valent mieux qu’une aumône suivie d’un tort [2 ;263] ; Il n’y a rien de bon dans la plus grande partie de leurs conciliabules, sauf si l’un d’eux recommande une charité, une bonne action, ou une conciliation entre les gens. Et quiconque le fait, cherchant l’agrément d’Allah, à celui-là Nous donnerons bientôt une récompense énorme [4;114].

La langue est également un moyen d’entrer au Paradis, pour la personne qui appelle à Allah avec science : Et qui profère plus belles paroles que celui qui appelle à Allah, fait bonne œuvre et dit: Je suis du nombre des musulmans ? [41;33], Par la sagesse et la bonne exhortation appelle (les gens) au sentier de ton Seigneur [16;125]. Elle l’est pour qui encourage au bien, unanimement reconnu comme tel, et blâme le mal, unanimement reconnu comme tel, avec clairvoyance : Que soit issue de vous une communauté qui appelle au bien, ordonne le convenable, et interdit le blâmable. Car ce seront eux qui réussiront [3;104].

Et Allah seul sait.


Rubrique: Bien comprendre l'Islam