19:12 - Mardi 11 décembre, 2018

- 2. Rabīʿ al-Ākhir 1440

Le respect de l’environnement


Les questions environnementales et écologiques sont un enjeu majeur pour notre époque. Il est vrai qu’aujourd’hui le monde doit faire face à un accroissement de sa population et aux développements de nouvelles technologies qui poussent nos dirigeants à explorer de nouveaux horizons et de nouvelles sources d’approvisionnement. La pénurie de ces ressources naturelles a conduit l’homme à se poser la question des moyens à mettre en place pour sauvegarder la planète. Face à ces nouveaux défis, quel est le positionnement de l’Islam pour endiguer ce phénomène ?

Allah l’Exalté, nous enseigne dans son Livre qu’Il a mis les ressources du monde à notre service, pour que nous puissions vivre ici-bas l’épreuve de la vie terrestre. « Allah est Celui qui a créé les cieux et la terre et qui, du ciel, a fait descendre une eau grâce à laquelle Il a produit des fruits pour vous nourrir. Il a mis à votre service les vaisseaux qui, par Son Ordre, voguent sur la mer. Il a mis à votre service les rivières. Il a mis à votre service le soleil et la lune, assujettis à une perpétuelle révolution. Il a mis à votre service la nuit et le jour. Et Il vous a accordé de tout ce que vous lui avez demandé. Et si vous comptiez les bienfaits d’Allah, vous ne sauriez les dénombrer. L’homme est vraiment très injuste, très ingrat«  [14;32-34]. Ainsi le progrès technologique ne peut être agréé par l’Islam que dans la mesure où il n’entraine pas de conséquences néfastes pour la vie humaine (social, éthique, spirituel, sanitaire, écologique, etc.). La responsabilité de l’homme est décrite par le Coran en ces termes : « Lorsque ton Seigneur confia aux Anges : Je vais établir sur la terre un vicaire “Khalifat”. Ils dirent : Vas-Tu y désigner quelqu’un qui y mettra le désordre et répandra le sang, quand nous sommes là à Te sanctifier et à Te glorifier ? – Il dit : En vérité, Je sais ce que vous ne savez pas !« [2;30]. L’idée de ‘lieutenance de Dieu’ sous-entend que l’Homme n’est pas propriétaire mais responsable de l’environnement qui l’entoure, il en est à la fois l’usufruitier et le gardien.

L’écologie englobe de nombreux aspects à savoir la lutte contre le gaspillage, la protection des animaux et de la nature et le développement durable.

Concernant le gaspillage le Coran dit : « Et ne gaspille pas indûment car les gaspilleurs sont les frères des diables« [17;26-27].

La déforestation est aussi un problème majeur dans la mesure où les forêts sont de véritables poumons pour notre planète. Ces dernières  œuvrent à préserver les proportions des gaz accumulés dans l’atmosphère et participent à la formation des pluies. A ce sujet le messager d’Allah a dit : Si la fin du monde venait à survenir alors que l’un d’entre vous tenait dans sa main une plante, alors s’il peut la planter avant la fin du monde, qu’il le fasse !’ [Ahmad]. Il a également dit que « tout musulman qui plante un arbre ou sème un champ et qu’un être humain, un oiseau ou une bête mangent de ses fruits, se voit inscrire autant d’aumônes« . [Al Boukhari et Mouslim].

L’eau constitue la source de toute chose et est indispensable à l’équilibre de l’écosystème. « A partir de l’eau, Nous avons créé tout être vivant«  [21:30]. L’Envoyé d’Allah nous interpelle en ces termes : Gardez-vous des trois sources de malédiction : la pollution excrémentielle des points d’eau, de la voie publique et de l’ombre où s’assoient les gens [Abou Daoud]. Cette mise en garde concerne aussi les endroits très fréquentés par les gens et où la pollution affecte leur vie et leur bien-être.

Enfin l’Islam a exhorté ces fidèles, à de nombreux endroits, à respecter les animaux. La disparition de certaines espèces animales et celles qui sont en voie d’extinction devraient nous interpeller. Alors qu’un jour le Prophète passa devant un chameau extrêmement maigre il dit : Craignez Allah à propos de ces animaux muets. Montez-les de façon convenable et mangez-les de façon convenable [Abou Dawoud].

Il a également dit à un homme qui avait immobilisé sa bête et aiguisé son couteau devant elle : Tu veux donc la faire mourir deux fois ? Pourquoi n’as-tu pas aiguisé ton couteau avant de l’immobiliser ? [Abou Dawoud]. Notre religion interdit également l’organisation ou la participation à des combats d’animaux [Al Tirmidhi].

Ainsi, nous nous devons d’exploiter cet ensemble à bon escient, veiller à son développement et à sa protection contre tout ce qui peut lui nuire ou le détruire. De ce fait, la mauvaise exploitation et la dilapidation des ressources naturelles, par une génération au détriment des autres, sont des attitudes répréhensibles que l’Islam ne manque pas de condamner dans la mesure où elles enfreignent au principe de ‘lieutenance’.


Rubrique: L'éthique du musulman