2:43 - Mardi 19 mars, 2019

- 12. Rajab 1440

Le repentir


Le mois dernier, nous avions présenté la différence entre les péchés mineurs (sagha’ir) et les péchés majeurs (kaba’ir)ainsi que la manière de s’en absoudre. Concernant les péchés majeurs, seule une repentance sincère (tawba), reposant sur trois conditions -  cesser le péché, regretter son acte et enfin, se résoudre fermement à ne plus le refaire - permet d’obtenir le pardon du Tout-Miséricordieux. Cependant, une quatrième condition doit être ajoutée dans le cas d’une injustice que l’on aurait commise vis-à-vis d’autrui et qui consiste à réparer le mal qu’on a fait :Quiconque a commis une injustice contre son frère doit s’en délier aujourd’hui, avant (le Jour) ou il n’y aura ni dinar ni dirham ; (auquel cas) on prendra de ses bonnes œuvres (pour en donner à son frère) ; et s’il n’en a pas, on prendra alors des mauvaises actions de sa victime et on l’en chargera [Al Boukhari].

Jusqu’à quand peut-on se repentir ?  Allah, Exalté soit-Il, dit dans son Livre : Allah accueille seulement le repentir de ceux qui font le mal par ignorance (jahala) et qui se repentent aussitôt. Voilà ceux dont Allah accueille le repentir [4;17]. Les compagnons se sont accordés sur le fait que toute désobéissance à Dieu est une ignorance ; que le péché soit fait intentionnellement ou non ; et que le terme aussitôt (min qarib) signifie jusqu’à la mort ; et celle-ci est assurément proche au regard du caractère éphémère de cette vie. Toutefois, le musulman doit s’empresser de se repentir sans remettre cela à plus tard, de peur de provoquer la Colère Divine et de ne plus pouvoir se faire pardonner. Quant à celui qui se repent une fois que l’Ange de la mort se présente à lui et que le souffle de la vie lui remonte à la gorge, de celui-là la repentance ne sera point acceptée : Mais l’absolution n’est point destinée à ceux qui font de mauvaises actions jusqu’au moment où la mort se présente à l’un d’eux, et qui s’écrie : ‘Certes, je me repens maintenant’, non plus pour ceux qui meurent en ayant mécru. Et c’est pour eux que Nous avons préparé un châtiment douloureux [4;17]. Le Prophète (paix et salut sur lui) dit également : Allah accepte le repentir du serviteur tant que (son âme) n’est pas remontée à la gorge [Ahmad]. Par ailleurs, au-delà de la vie de l’être humain, concernant ce bas-monde, les portes du repentir sont ouvertes jusqu’à l’arrivée de l’Heure, après cela plus de repentir : Qu’attendent-ils ? Que les Anges leur viennent ? Que vienne ton Seigneur ou que viennent certains signes de ton Seigneur ? Le jour où certains signes de ton Seigneur viendront (ndlr : les grands signes de la fin des temps), la foi en Lui ne profitera à aucune âme qui n’avait pas cru auparavant ou bien qui n’avait acquis aucun mérite de sa croyance [6;158].

Le devenir de l’auteur de grands péchés. Qu’advient-il de celui qui meurt en ayant commis de grands péchés et qui ne s’est pas repenti ? D’après les Textes et la compréhension des pieux prédécesseurs, au moment de la pesée des œuvres au Jour du Jugement, on pourra distinguer trois sortes d’individus. Tout d’abord, ceux dont les bonnes œuvres sont supérieurs à leurs mauvaises œuvres. Ceux-là entreront au Paradis sans que le Feu ne les touche. Puis, ceux pour qui les actes de bien et les actes de mal seront équivalents. Ceux-là seront les gens de al A’raf qui stationneront entre le Paradis et l’Enfer un temps que Seul Dieu connait, avant d’entrer finalement au Paradis par Sa Grâce : Et entre les deux (ndlr : les gens du Paradis et de l’Enfer), il y aura un mur, et sur al A’raf seront des gens qui reconnaîtront tout le monde par leurs traits caractéristiques. Et ils crieront aux gens du Paradis : Paix sur vous ! Ils n’y sont pas entrés, bien qu’ils le désiraient. Et quand leurs regards seront tournés vers les gens du Feu, ils diront : O notre Seigneur ! Ne nous mets pas avec le peuple injuste [7;46-47]. Enfin, ceux qui rencontreront Allah avec des grands péchés et des actes honteux. Parmi eux, se trouveront des croyants dont les mauvaises œuvres l’ont emporté sur les bonnes. Ceux-là entreront en Enfer pour une certaine durée et seront châtiés en fonction de leurs fautes. Ce sont eux qui bénéficieront de l’intercession du Prophète (paix et salut sur lui), des anges et des pieux. Toutefois, il se peut qu’Allah pardonne à l’auteur de grands péchés et lui épargne le châtiment, tant qu’il a eu foi en Dieu et ne lui a rien associé. Le Messager (paix et salut sur lui) nous a en effet enseignés que l’auteur de grands péchés qui aura été châtié en ce monde, son châtiment lui vaudra comme expiation. Quant à celui dont Allah aura couvert le péché, son jugement sera alors différé au Jour Dernier, soit Il le pardonnera, soit Il le châtiera, Exalté Soit-Il [Al Boukhari].

Et Allah est plus Savant.


Rubrique: La foi du musulman