15:44 - Mercredi 26 septembre, 2018

- 15. Muḥarram 1440

Le bon voisinage


« Quiconque croit en Allah et au Jour Dernier, qu’il se montre bienfaisant envers son voisin » [Al Boukhari et Mouslim].Pourquoi notre noble Prophète, paix et salut sur lui, a-t-il fait ce parallèle entre la foi en Allah et le bon voisinage ? Car le bon comportement envers le voisin est considéré et la foi sont deux choses indissociables : « Crains Allah là où tu te trouves, fais suivre la mauvaise action par une bonne, elle l’effacera et comporte-toi avec les gens de belle manière » [Al Tirmidhi]. Cette sublime exhortation a été prononcée par le Messager d’Allah, paix et salut sur lui, et devrait constituer la devise de chaque musulman où qu’il se trouve à travers le monde.

Fait également partie de la Sounnah le fait de partager avec ses voisins toute bonne chose qu’ils auraient vu en notre possession, et de lui faire goûter tout plat cuisiné qui dégagerait de bonnes odeurs. « N’a pas cru en moi celui qui dort quand son voisin, qui se trouve à côté de lui, a faim alors qu’il en est informé » [Al Bazzâr et Al Tabarâni]Est considéré comme « voisin«  toute personne avec laquelle nous sommes en contact de manière permanente ou temporaire. Ainsi, ceux qui habitent tout près de chez nous constitue nos voisins proches mais rentre également sous cette catégorie le collègue de travail, le camarade d’école, le voyageur, le visiteur, etc. Allah, l’Exalté, dit : « Adorez Allah et ne Lui donnez aucun associé. Agissez avec bonté envers votre père et mère, les proches, les orphelins, les pauvres, les proches voisin, le voisin lointain, le collègue et le voyageur ». [4;36]

`Abdoullâh Ibn `Amr, qu’il soit agrée, ordonnait souvent à son serviteur de donner une part de leur viande sacrifiée à son voisin qui était de confession juive. Il y veillait tellement, et répétait si souvent sa recommandation, que le serviteur s’en étonna et lui demanda la raison d’autant de sollicitude envers son voisin. Ibn `Amr expliqua : « Le Prophètepaix et salut sur lui, dit : « Jibrîl n’avait de cesse de me recommander la bonté envers le voisin que je finis par croire qu’il allait lui accorder une part dans l’héritage » [Al Boukhari et Mouslim]. Il est à noter qu’aucune distinction n’est faite entre le voisin musulman et non musulman car tous ont droit à la même considération de notre part.

Un jour les compagnons questionnèrent le Prophète, paix et salut sur lui, sur le sort d’une femme qui était décédée. Cette dernière priait de jour comme de nuit et faisait de nombreuses œuvres de bien cependant elle avait un défaut : elle était mauvaise avec son voisin. Le Prophète, paix et salut sur lui, dira d’elle qu’il  n’y a nul bien en cette femme et qu’elle est en enfer. On vient de nouveau le questionner au sujet d’une autre femme qui était décédée et qui, durant son vivant, se contentait juste des obligations religieuses  mais qui avait un comportement exemplaire avec sa voisine :« Qu’en est-il de cette femme, ô Envoyé d’Allah ? « Elle est au Paradis » leur répondit-il.

De par son enseignement et ses directives, l’Islam a reconnu une position de premier plan à l’égard du voisin. Un bon musulman est, de facto, un bon voisin et il doit faire tout son possible pour améliorer sa relation avec son entourage.« N’entrera pas au paradis celui qui ne met pas son voisin à l’abri de sa nuisance » [Al Boukhari et Mouslim]. 

Et certes, Allah est Omniscient.


Rubrique: L'éthique du musulman