17:53 - Lundi 27 mai, 2024

- 19. Dhū al-Qaʿda 1445

La meilleure communauté


Allah le Très Haut nous a prescrit, comme à ceux qui nous précédèrent, d’orienter les gens ; ordonnant ce qu’Il a ordonné et interdisant ce qu’Il a interdit. Allah a décrit son Messager Mohammad, paix et bénédictions sur lui, comme celui qui ‘leur ordonne le convenable, leur défend le blâmable, leur rend licites les bonnes choses, leur interdit les mauvaises, et leur ôte le fardeau et les jougs qui étaient sur eux’(7;157), puis a honoré sa communauté, disant : ‘Vous êtes la meilleure communauté qu’on ait fait surgir pour les hommes vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable et croyez en Dieu’(3;110). Allah nous a exhorté à suivre cette voie droite, décrivant les croyants et les croyantes : ‘alliés les uns des autres, ils commandent le convenable, interdisent le blâmable accomplissent la prière, paient la zakat et obéissent à Allah et à Son messager. Voilà ceux auxquels Allah fera miséricorde, car Allah est Puissant et Sage’, (9;71), ‘ils sont ceux qui se repentent, qui adorent, qui louent, qui jeûnent, qui s’inclinent, qui se prosternent, qui commandent le convenable et interdisent le blâmable et qui observent les lois Divines… et fais bonne annonce aux croyants’(9;112).

Allah le Majestueux nous met en garde de ne pas suivre ‘la voie de ceux qui méritèrent sa colère’, disant à leur sujet : ‘Ils ne s’interdisaient pas les uns les autres ce qu’ils faisaient de blâmable. Comme est mal, ce qu’ils faisaient !’(5;79). Le Prophète, prières et salut sur lui, a expliqué comment ils en sont arrivés là : La ferveur religieuse s’est affaiblie chez eux peu à peu jusqu’au moment où l’homme vertueux rencontrait celui qui ne l’était pas et lui disait : ‘O toi ! Crains Dieu et cesse d’agir ainsi ! Ce sont des choses interdites’. Puis il le rencontrait le lendemain sans qu’il ait changé sa conduite. Cela ne l’empêchait pourtant pas de manger à sa table, de boire avec lui et de s’asseoir en sa compagnie. Quand tel fut leur comportement, Allah installa la haine entre leurs cœurs’ (Al Tirmidhi & Abou Daoud, hadith hassan). Ainsi, ils accomplissaient le commandement Divin, mais sans persévérer ; ils faisaient le rappel avec leurs langues, tandis que dans leurs cœurs, il n’y avait ni peine ni colère devant la transgression des interdits Divins et la négligence envers Ses commandements.

Dès l’époque du Calife bien-guidé, Abou Bakr, quelques nouveaux musulmans voulurent se dispenser de l’obligation de commander le bien et d’interdire le mal, et appuyèrent leur avis par un verset coranique : ‘Ô les croyants ! Vous êtes responsables de vous-même ! Celui qui s’égare ne vous nuira point si vous vous avez pris la bonne voie’ (5;105). Abou Bakr leur expliqua alors que ce verset ne pouvait s’appliquer qu’après que le musulman se soit épuisé à appeler les gens à la voie droite, et qu’il ait constaté que ces derniers n’ont que faire des exhortations, qu’ils ne suivent que leurs passions et sont leurrés par ce bas-monde, alors il pourra se détourner d’eux, et on ne lui demandera pas compte de ce qu’ils faisaient : ‘s’ils te désobéissent, dis-leur : Moi, je désavoue ce que vous faites’ (26;216). Telle est la voie empruntée par les prophètes et leur disciple : Noé a prêché son peuple pendant près de mille ans, et Lot, qui vivait au milieu de la débauche, n’a cessé de blâmer son peuple, avec sagesse et par de belles exhortations, sans jamais recourir à la violence, jusqu’à ce qu’Allah juge son peuple et lui donne la victoire… ‘Allons-Nous vous dispenser du rappel sous prétexte que vous êtes des gens outranciers ?’(43;5)

Luqman disait à son fils : ‘Ô mon enfant, accomplis la Prière, commande le convenable, interdis le blâmable et endure ce qui t’arrive avec patience. Telle est la résolution à prendre dans toute entreprise !’(31;17), car certainement, celui qui dénoncera le mal et incitera au bien trouvera face à lui des ennemis farouches, mais Allah dit : ‘N’ayez pas peur des gens, mais craignez Moi’ (5;44), Il nous rassure en disant à son serviteur : ‘transmets ce qui t’a été descendu de la part de ton Seigneur. Si tu ne le faisais pas, tu n’aurais pas communiqué Son message, et Allah te protégera des gens’ (5;67) et ‘Allah n’impose à personne que ce qu’il peut supporter’ ! (2;286)

Le rappel, comme toute obligation, a des règles à respecter. Celui qui médite sur le Coran et sur la Sounnah, verra qu’Allah n’a choisi comme messagers que des hommes connus par leur entourage pour leur droiture et leur vertu. Celui qui est connu par autre chose que cela devra commencer par se réformer lui-même, ordonnant le bien à son âme et lui interdisant le mal : ‘Commanderiez-vous aux gens de faire le bien, que vous-même négligez, et vous lisez le Livre ?! Êtes-vous dépourvus de raison ?!’ (2;44).  Ensuite, ‘avertis les gens qui te sont les plus proches’ (26;214)‘et commande à ta famille la Prière, et fais-la toi-même avec persévérance’. (21;132). Enfin, nous devons être des témoins parmi nos contemporains, par notre éthique et notre pratique, comme le Prophète, prières et salut sur lui, qui était un Coran vivant parmi les siens : ‘Nous avons fait de vous (musulmans) une communauté du juste milieu afin que vous soyez témoins aux gens, comme le Messager sera témoin à vous’(2;143).

Le rappel doit se faire ‘par la sagesse et la belle exhortation’ (16;125), en discutant ‘de la meilleure façon‘, sans préjugés, et sans brutalité, Allah dit : ‘Nulle contrainte en religion ! Le bon chemin s’est distingué de l’égarement’(2;256), ‘Eh fais le rappel ! Tu n’as été envoyé à eux que pour leur faire le rappel et non pour les contraindre’. (88;21-22).

Enfin, rappelons que l’on n’ordonne que le bien et que l’on interdit que le mal unanimement reconnus comme tels. On ne peut se fâcher avec les gens pour ce qui est sujet aux divergences d’opinions entre les savants, pour ce qui est seulement souhaitable ou déconseillé.

Et Allah sait mieux !


Rubrique: Bien comprendre l'Islam