8:00 - Lundi 23 juillet, 2018

- 10. Dhū al-Qaʿda 1439

La juste mesure dans les actes


Allah le Très Majestueux dit au sujet de la calomnie dont fut victime la mère des croyants, Aïcha : ‘Quand vous colportiez la nouvelle et parliez de ce que vous ne saviez pas, vous pensiez que cela était insignifiant alors que c’était immense auprès d’Allah’ (24;15). En effet, cette parole si légère pour la langue, pèsera bien lourd dans la balance des péchés au Jour du Jugement, sauf pour ceux auxquels Allah a pardonné. A l’inverse, le Prophète, prières et salut sur lui, disait :‘Deux paroles légères pour la langue, lourdes dans la balance [des bonnes actions], et aimées d’Allah : Soubhan Allah wa bihamdihi, Soubhan Allah Al Adhim‘. Ainsi, l’Islam nous met-il en garde contre le fait de minimiser ce qui est important, et vis versa, de donner trop d’importance à ce qui ne l’est pas. Allah dit : ‘Nous avons en effet envoyé nos messagers avec des arguments convaincants, et fait descendre avec eux le Livre et la balance afin que les gens établissent la justice’. (57;25)

Si l’on doit peser justement et équitablement le riz et le blé, et ne pas léser les gens dans le commerce, à plus forte raison devons-nous donner à chaque prescription sa valeur et son poids exact, au regard de la balance que sont le Coran et la Sounnah. Ainsi, l’on doit savoir que dans l’Islam il y a des obligations, des actes recommandés, des interdictions et des actes réprouvés ; il y a des prescriptions qui font l’objet d’un consensus, déduites de textes clairs et explicites,  que l’on doit suivre, et d’autres faisant l’objet de divergences car déduites de textes équivoques prêtant à diverses interprétations : ‘C’est Lui [Allah] qui a fait descendre sur toi [Muhammad] le Livre [le Coran], dans lequel il y a des versets explicites qui sont l’essentiel du Livre et d’autres qui peuvent prêter à diverses interprétations’ (3;7). L’erreur dans laquelle beaucoup tombèrent, parmi les factions musulmanes et parmi les gens du Livre,  fut de délaisser le clair pour se concentrer sur l’équivoque : ‘Les gens, donc, qui ont un cœur incliné à l’égarement, mettent l’accent sur les versets équivoques, cherchant la dissension en essayant de leur trouver une interprétation, alors que nul n’en connaît l’interprétation, à part Allah’(3;7).

Même parmi les obligations certaines constituent des piliers de l’Islam, et parmi ces piliers la prière  occupe la place centrale ; parmi les Sounan, certaines sont plus importantes que d’autres [Mu'akada].  Parmi les péchés, il y a les grands péchés, tels l’orgueil, le mensonge ou la médisance, et des petits péchés. Même parmi les choses sacrées, l’Islam a établi une hiérarchie, comme le montre le verset coranique sur le fait de mener la guerre durant les mois sacrés (2;217). Ainsi, doit-on faire attention de donner à chaque prescription sa juste valeur et de ne pas s’empresser à mettre en pratique les points secondaires en négligeant l’essentiel.

De même parmi les gens, nous devons considérer justement les individus sans les surestimer et sans les sous-estimer :‘Traiterons nous ceux qui ont cru et fait le bien comme ceux qui ont semé le chaos sur terre ?! Ou [croyez-vous] que nous traiterons les pieux à la manière des impies ?!’ (38;29).  Et même parmi les vertueux et les dévots, certains sont plus élevés que d’autres : ‘On ne peut comparer cependant celui d’entre vous qui a donné ses biens et combattu avant la conquête… ces derniers ont un degré plus élevé que ceux qui ont dépensé et ont combattu après’ (57;10). A travers ce verset Allah fait l’éloge de ceux qui ont lutté dès le premier jour, à l’heure où l’Islam était donné perdant, ils sont meilleurs que ceux qui ont attendu la victoire de l’Islam pour rejoindre les croyants. Et Allah dit : ‘Mettrez-vous sur un pied d’égalité, ceux qui se sont voués à accueillir les pèlerins et à l’entretien de la mosquée sacrée (de la Mecque) et celui qui a cru en Allah et au Jour Dernier et se bat pour la cause d’Allah ?! Ils ne sont pas égaux auprès d’Allah, et Allah ne guide pas les injustes !’ (9;19). Malgré le grand mérite qu’il y a à s’occuper des pèlerins et à entretenir la Sainte Mosquée, on ne peut mettre sur un pied d’égalité celui qui vit sa religion en toute sécurité et celui qui s’expose chaque jour aux dangers, aux pressions et aux menaces pour assurer la sécurité de sa nation, préserver la religion d’Allah et élever Sa Parole au plus haut.

Si nous vivons dans une époque, où le temps, les saisons et les mœurs se dérèglent, nous devons nous efforcer de garder la juste mesure dans nos œuvres et nos comportements, avec l’aide d’Allah. Et Allah sait mieux !


Rubrique: La religion médiane