23:10 - Mardi 11 août, 2020

- 21. Dhū al-Ḥijja 1441

La fin du Califat « bien-guidé »


La mort d’Ali (Dieu soit satisfait de lui), en Ramadan 40H (661EC), marque la fin d’une époque. Bien que des troubles y soient survenus, la période du Califat Bien Guidé représentera toujours dans la conscience musulmane, un modèle de référence. Les premiers Califes furent des exemples parfaits de justice, d’intégrité et de piété, entièrement dévoués à la religion de Dieu. L’époque qui s’en suivit fut riche en gloire et en puissance, mais on ne vit jamais plus de société aussi fidèle au message prophétique, mêlant si harmonieusement le temporel et le spirituel.

Deux extrêmes au sujet de Ali- L’avis correct concernant Ali, est de le considérer comme l’un des plus nobles et des plus valeureux compagnons du Prophète (paix et salut sur lui). Son épouse Fatima, fille du messager de Dieu, est l’une des femmes les plus pieuses de l’Humanité. Quant à ses fils, al Hassan et alHoussein, ils sont des exemples de piété et les petits fils bien aimés du Prophète. Ainsi, aimer Ali et sa famille c’est aimer le messager d’Allah, les détester est un signe d’hypocrisie. Deux groupes s’opposèrent alors. Ceux qui comme les nassibites et les kharijites dénigrèrent la personne de Ali oubliant par là son mérite ; et ceux qui, à l’opposé, le considérèrent comme infaillible et comme seul digne successeur du Prophète, contestant ainsi la légitimité, pourtant indiscutable, du califat d’Abou Bakr, de Omar et de Othmân. Ali est en ce sens semblable à Jésus fils de Marie (Paix sur lui) : d’aucuns le traitèrent de menteur et de magicien et d’autres l’élevèrent au point de faire de lui un dieu, et de lui vouer un culte.

Al Hassan ibn Ali ou le choix de la réconciliation- Après le martyr de Ali, les gens du Hedjaz (Arabie) se tournèrent vers Al Hassan pour assurer la fonction califale. Cependant, bien qu’il était le plus à même de devenir chef des croyants, il se désista au profit de Mou’awiya. En effet, malgré la mort de son père, il subsistait toujours une forte opposition entre les gens du Châm (Syrie, Palestine), liés à Mou’awiya et les gens du Hedjaz ; opposition qui pouvait à tout moment tourner à l’affrontement. Par cet acte noble, Al Hassan permit à Mou’awiya d’être accepté de fait comme le nouveau calife du monde musulman et d’éviter un interminable conflit pour la succession. Dieu dit dans son Livre : Les croyants ne sont que des frères. Etablissez la concorde entre vos frères, et craignez Allah, afin qu’on vous fasse miséricorde (49,10).Ce retour à la stabilité politique est connu sous le nom de ‘âm al jama’ah : l’année de la concorde. Ainsi se réalisait le vœu du Prophète qui avait dit un jour, désignant al Hassan qui n’était alors qu’un enfant : Mon fils que voici est un seigneur [sayyida]. Et peut-être que Dieu réconciliera par son intermédiaire deux groupes des musulmans (Boukhâri). Le Califat de Mou’awiya dura environ vingt ans. Il fut donc le premier calife de ce qui devint la dynastie des Omeyyades ; dynastie qui allait régner sur le monde musulman pendant près d’un siècle.

Califat Prophétique et Califat monarchique- Le Califat Bien Guidé dura trente années comme l’avait attesté de son vivant  le Messager de Dieu (Sounan). Il prit réellement fin avec le renoncement d’al Hassan à toute prétention au califat. La différence entre les Califes Bien Guidés et ceux qui leur succédèrent, réside essentiellement dans l’exercice du pouvoir. Tout d’abord, Abou Bakr, Omar, Othmân et Ali furent tous désignés après  consultation de l’ensemble de la communauté (choura). Même si Mou’awiya fut un dirigeant juste (Que Dieu l’agréé), il n’est pas parvenu au califat par voie consultative. D’autre part, dans un Califat sur le modèle de la prophétie, le calife et ses gouverneurs se confondent avec le peuple, ils habitent des maisons comme tout le monde et non des palais, se montrent accessibles aux gens, n’exercent pas un pouvoir absolu et prient à la mosquée au côté du reste des croyants. Le Califat qui suivit fut emprunt du faste des rois. Les califes se firent construire des palais dans lesquels ils recevaient les «  grands » de ce monde. A l’affût des intrigues et craignant pour leur vie, ils ne côtoyèrent plus la population.

Le retour du Califat Bien Guidé- Enfin, Ahmad et d’autres rapportent un hadith annonçant le retour dans l’Histoire d’un califat sur le modèle de la prophétie : La prophétie demeurera parmi vous aussi longtemps que Dieu le voudra. Puis Dieu la reprendra lorsqu’Il voudra et elle sera remplacée par un califat qui suivra le chemin tracé par la prophétie, et qui demeurera aussi longtemps que Dieu le voudra. Puis Dieu le reprendra lorsqu’Il voudra et il sera remplacé par un pouvoir absolu qui demeurera aussi longtemps que Dieu le voudra. Puis Dieu le reprendra lorsqu’Il voudra et il sera remplacé par une tyrannie qui demeurera aussi longtemps que Dieu le voudra. Puis Dieu le reprendra lorsqu’Il voudra et il sera remplacé par un califat qui suivra le chemin tracé par la prophétie (authentifié par al ‘Iraqi).


Rubrique: Histoire musulmane