7:37 - Lundi 23 juillet, 2018

- 10. Dhū al-Qaʿda 1439

Jésus fils de Marie [‘Issa Ibn Mariam] (3/3)


Le message et les prêches de Jésus commençaient à porter leurs fruits, et un certain nombre de ses contemporains eurent foi en lui. À l’instar de tous les autres prophètes et messagers, et contrairement aux mensonges colportés à son égard, Jésus n’appelait qu’à l’adoration d’Allah seul : Et quand Jésus apporta les preuves, il dit : Je suis venu à vous avec la sagesse et pour vous expliquer certains de vos sujets de désaccord. Craignez Allah donc et obéissez-moi. Allah est en vérité mon Seigneur et le votre. Adorez-Le donc. Voilà le droit chemin [43;63-64]. Plus le temps passait, plus les autorités religieuses sentaient leur pouvoir s’affaiblir, et leur position menacée. Ils envoyèrent donc une délégation auprès des administrateurs romains (la Palestine était alors sous protectorat romain), afin qu’ils interviennent et fasse taire l’apôtre d’Allah. Ils arguèrent du fait que Jésus était à leurs yeux un agitateur, désireux de former une nouvelle secte, qui leur arracherait le pouvoir le moment venu. Un simulacre de procès eut lieu, procès au cours duquel fut prononcée la condamnation à mort.

Allah révéla alors à son serviteur le triste dessein que lui réservait son peuple. Il le rassura, Exalté soit-Il et lui dit : Ô Jésus, Je vais prendre ton âme, t’élever auprès de Moi, te débarrasser de ceux qui n’ont pas cru et mettre  jusqu’au jour du jugement dernier ceux qui te suivent au-dessus de ceux qui ne croient pas. Puis c’est vers Moi que vous reviendrez, et Je jugerai alors entre vous, de ce que qui vous a opposés [3;55]. Al Nassa’i rapporte d’après Ibn Abbas, selon une chaîne de transmission authentique, que Jésus rentra dans une maison dans laquelle étaient réunis, ses douze plus fidèles disciples. Il leur annonça que certains d’entre eux le renieraient plusieurs fois, pour échapper à la vindicte populaire. Puis, il leur demanda lequel des leur accepterait d’être exécuté à sa place et de le rejoindre dans les hauts degrés du Paradis. Un jeune homme se leva, mais Jésus le fit se rasseoir et répéta à deux reprises sa question. A chaque fois, le jeune homme se proposait. Jésus accepta finalement que ce soit lui. Allah lui donna alors l’apparence de Jésus, et éleva ce dernier au Ciel. Il avait alors trente-trois, ou trente-quatre ans. Les soldats romains, qui avaient encerclés la maison, enfoncèrent la porte. Comme l’avait annoncé le prophète, certains de ses apôtres jurèrent ne pas être de ses disciples ; et le jeune homme qui avait prit son apparence fut arrêté. On lui fit porter sa croix, et il fut flagellé tout le long du chemin. On l’humilia en plaçant sur sa tête une couronne d’épines, on le crucifia, et il mourut martyr. Qu’Allah soit satisfait de lui ! Voilà pourquoi le Coran affirme au sujet de Jésus qu’ils ne l’ont ni tué ni crucifié mais que c’était un faux semblant [4;157].

Peu de temps avant, qu’il ne soit élevé auprès d’Allah, l’un des disciples de Jésus lui avait demandé s’il viendrait un autre prophète après lui, ce à quoi il répondit : Ô enfants d’Israël, je suis le messager d’Allah venu à vous pour confirmer ce qui a été révélé avant moi dans la Torah et pour vous annoncer [la bonne nouvelle] qu’un messager me succèdera et que son nom sera Ahmad [61;6], annonçant par là la venue du dernier prophète, Mohammad. Un peu plus de six siècles s’écoulèrent entre le départ du premier et l’envoi du second. Aucun prophète ne fut envoyé durant cette période.

Jésus n’est pas mort, puisqu’Allah l’a élevé auprès de Lui, corps et âme. Le Prophète, paix et salut sur lui, l’a rencontré lors de son voyage nocturne, et l’a décrit. Il était un homme de taille moyenne, au teint rouge, comme l’homme qui sort d’un bain chaud. Ses cheveux étaient frisés, descendants aux épaules, et son buste était large [Al Boukhari & Mouslim].

Il y a un consensus, sur le fait que Jésus redescendra sur terre avant la fin des temps, avec pour mission d’éliminer l’antéchrist. Ce dernier sera un homme aux cheveux crépus et enchevêtrés, borgne de l’œil droit. Il opérera des choses extraordinaires, séduira la majorité des hommes par ses discours éloquents et extrêmement convaincants, et les égarera loin du droit chemin. Il sera, selon les propos du Prophète, la plus grande épreuve qui frappera les humains depuis la création d’Adam.

Voilà pourquoi le Prophète ne manquait pas d’invoquer la protection d’Allah contre son mal avant de clôturer chacune de ses prières, dans le dernier tachahhoud.

C’est auprès d’un groupe de croyants pieux, que Jésus sera envoyé, alors qu’ils s’apprêteront à célébrer la prière de Sobh, dans une mosquée. Un grand conflit éclatera entre les musulmans partisans de Jésus, et ceux de l’antéchrist. Le parti d’Allah l’emportera. Jésus observera scrupuleusement l’Islam, la sécurité règnera sur toute la Terre, à  tel point que le chameau paîtra au milieu des lions, les tigres avec les vaches, les loups avec les moutons, et les enfants joueront avec les serpents, sans que personne n’ait rien à craindre [Abou Dawoud].  La terre sera bénie et donnera des fruits en abondance, il n’y aura plus de guerre, et seul Allah sera adoré sur terre [Ibn Majah]. Jésus se mariera, aura des  enfants, puis mourra. Les musulmans l’inhumeront et prieront sur lui.

Que la paix soit sur lui, le jour où il naquit, le jour où il mourra et le jour où il sera ramené à la vie !


Rubrique: Les histoires des prophètes