7:23 - Vendredi 23 octobre, 2020

- 6. Rabīʿ al-Awwal 1442

Fais preuve d’humilité


Islamic_calligraphy_paintingAllah le Très Haut dit : Cette Demeure dernière, Nous la réservons à ceux qui ne recherchent, ni à s’élever sur terre, ni à y semer la corruption. Cependant, l’heureuse fin sera pour les gens pieux [28;83]. Ce verset nous indique que parmi les qualités des vertueux – qui leur permettront de vivre une vie paradisiaque, parfaite, paisible et heureuse dans l’au-delà – sont l’humilité et l’action au service de l’humanité (al islah). Les gens humbles sont ici, ‘ceux qui ne cherchent pas à s’élever sur terre’ : ils ont renoncé au luxe et extravagances du bas-monde et ne cherchent pas non plus à dominer les gens à la manière des tyrans. En plusieurs passages du Coran, Dieu exhorte le Prophète (paix et salut sur lui) et les croyants à l’humilité. Il dit par exemple : Ne regarde surtout pas avec envie les choses dont Nous avons donné jouissance temporaire à certains couples d’entre eux, ne t’afflige pas à leur sujet et abaisse ton aile pour les croyants [15;88] ou encore : Et abaisse ton aile pour les croyants qui te suivent [26;215]. Le fait ‘d’abaisser son aile’ signifie que le Prophète (paix et salut sur lui) puis les dirigeants de la communauté doivent rester au plus près des croyants ordinaires, se faire humbles avec eux, demeurer à leur écoute, sans jamais se montrer hautains ou distants vis-à-vis d’eux. Cette qualité qu’est l’humilité est aussi une caractéristique des bien-aimés de Dieu le Très Haut, comme Il l’affirme dans Sa Parole : (…) Dieu va faire venir un peuple qu’Il aime et qui L’aime, modeste envers les croyants… [5;54]. Comment donc se traduit ce sentiment loué par l’Islam ?

Dans le Coran, tout d’abord, les gens humbles sont appelés khachi’oun. Ils sont emplis de la crainte de Dieu, ont conscience du regard permanent de Dieu sur leurs actes et sur leurs pensées, de Son écoute permanente de leurs conversations publiques et intimes. Cela se traduit par une pudeur et une retenue dans leur comportement, de la gentillesse vis-à-vis des gens simples et de la rigueur dans l’exercice de leurs rites religieux ; et tout cela se rapporte à l’humilité. Dieu dit ici : Et cherchez secours dans l’endurance et la Prière: certes, la Prière est une lourde obligation, sauf pour les humbles qui ont la certitude de rencontrer leur Seigneur et de retourner à Lui seul [2;45-46], et encore : Bonheur aux croyants, humbles dans leurs prières… [23;1-2]. En un autre passage, Il décrit les prophètes, qui sont l’élite de l’humanité en disant : Ils concouraient au bien et Nous invoquaient par amour et par crainte. Et ils étaient humbles devant Nous [21;90], et les gens du Livre sincères dans leur religion et ayant reconnu la prophétie de Mohammed (paix et salut sur lui) : Ils sont humbles envers Dieu, et ne vendent point les versets de Dieu à vil prix [3;199]. Le Coran nous indique enfin que cette belle qualité – puisse Allah nous combler par elle ! - se traduit de manière pratique dans le quotidien. Au travers du fait de côtoyer les gens et de ne pas être imbu de soi-même : Et ne détourne pas ton visage des hommes [31;18] ; d’avoir une démarche modeste et non orgueilleuse : et ne foule pas la terre avec arrogance : car Dieu n’aime pas le présomptueux plein d’orgueil [idem], les serviteurs du Miséricordieux sont ceux qui marchent humblement sur terre [25;63]. Finalement, les gens humbles cherchent à passer inaperçus, à ne pas se faire trop remarquer, ne pas faire trop de bruit autour de leur personne : Sois modeste dans ta démarche, et baisse ta voix, car la plus détestée des voix, c’est bien la voix des ânes [31;19].

La Sounnah n’est, comme nous l’avons souligné à de nombreuses reprises, que la traduction pratique des enseignements coraniques. Aussi, le Prophète (paix et salut sur lui) dans son statut d’Élu de Dieu, était en même temps le plus humble des hommes, comme en témoignent de nombreux récits. Qui donc après lui, peut prendre la religion comme prétexte pour asservir ou humilier les serviteurs de Dieu ?! L’Envoyé de Dieu (paix et salut sur lui) disait : Dieu m’a inspiré ce commandement : ‘Soyez modestes jusqu’à ce que nul ne se vante de sa supériorité sur son prochain et que nul n’agresse son prochain’ [Mouslim] et aussi : Chaque fois que quelqu’un se montre modeste par amour pour Dieu, Dieu ne fait que l’élever davantage [Mouslim]. Cette humilité se ressentait en public, comme ce jour où un bédouin s’étonna de trouver le Prophète (paix et salut sur lui) partager son repas avec les croyants en s’asseyant à même le sol. Répondant à l’étonnement de cet homme, l’Envoyé de Dieu (paix et salut sur lui) dit simplement : Dieu a fait de moi un serviteur noble, et n’a pas fait de moi un tyran orgueilleux [Abou Dawoud : djayyid] ; en liant deux notions, normalement antinomiques, la servitude et la noblesse, et en les rendant ici complémentaires. Mais s’il est facile pour des gens soucieux de leur image de faire preuve d’humilité devant les regards, l’homme sincère qu’était le Prophète (paix et salut sur lui) faisait aussi preuve d’humilité en privé, dans sa famille, comme en témoigne son épouse Aïcha. Lorsqu’on interrogea cette dernière sur le comportement de son noble mari chez lui, elle relate qu’il était au service de sa famille et, quand venait l’heure de la prière, il sortait à la mosquée [Al Boukhari]. Dans une autre version, la mère des croyants précise : il rapiéçait lui-même ses vêtements, raccommodait ses sandales et assurait les tâches qu’effectuent en général les hommes chez eux [Ahmad, Ibn Hibban : Sahih]. Cette humilité ne s’exprimait pas seulement avec une certaine catégorie de personne, en fonction de leur âge, ou de leur statut social ; mais y compris vis-à-vis de ceux qui vivent un peu en marge de la société. Ainsi, on rapporte qu’Anas Ibn Malik passa un jour devant des enfants et les salua en disant : Ainsi avait l’habitude de faire le Prophète (paix et salut sur lui) [Al Boukhari & Mouslim]. Il dit encore : ‘II arrivait souvent à Médine qu’une petite fille prenne la main du Prophète (paix et salut sur lui) et lui de rester à son service jusqu’à répondre à sa requête’ [Al Boukhari]. C’est dire aussi que l’humilité du Prophète (paix et salut sur lui) s’exprimait dans sa capacité d’écoute vis-à-vis de tous et de la disponibilité dont il faisait montre. Un jour qu’il donnait un prêche, un compagnon du nom de Tamim se permit de l’interrompre, pour ce que l’on considérait alors comme une urgence, en disant : Ô Messager de Dieu ! Un étranger est venu se renseigner sur la religion ! Le Messager de Dieu (paix et salut sur lui) se dirigea vers moi en interrompant son sermon. Quand il arriva près de moi on lui apporta une chaise et il s’assit dessus. Il se mit alors à m’enseigner de ce que Dieu lui avait enseigné. Puis il alla reprendre son discours et l’acheva [Mouslim]. Cette humilité se traduisait également dans la propension à solliciter le conseil des gens de savoir et d’expérience, sans jamais prendre de décision de son propre chef, de manière arbitraire, comme Dieu le lui a ordonné : Et consulte-les à propos des affaires [3;159]. Son humilité se traduisait aussi, dans sa manière de répondre à l’invitation qui lui était faite, y compris lorsque celle-ci émanait des gens les plus pauvres. En effet, il disait : Si l’on m’invitait à un repas fusse-t-il modeste (lit. Un pied d’agneau ou à sa cuisse), je répondrais à l’invitation et, si on m’offrait un cadeau de peu de valeur, je l’accepterais [Al Boukhari].

Nous ne pouvons être exhaustifs dans notre exposé, tant les exemples d’humilité du Prophète (paix et salut sur lui) sont nombreux. Nous conclurons simplement sur le fait que Dieu nous apprend la modestie, au travers de ses versets comme au travers des choses de la vie. Le Prophète (paix et salut sur lui) devenu leader spirituel et politique, n’avait ainsi pas honte d’évoquer sa jeunesse et la précarité de sa situation d’alors, lorsqu’il gardait les troupeaux des Mecquois pour quelques pièces d’argent [Al Boukhari]. Et Dieu de lui rappeler, et de nous rappeler à nous aussi le fait de rester humbles tout le temps. Anas rapporte ainsi que la chamelle du Messager de Dieu (paix et salut sur lui) était quasi imbattable à la course. Un jour un Bédouin se présenta sur un jeune chameau et la devança. Cela fit de la peine aux Musulmans. Le Prophète (paix et salut sur lui) saisit cette occasion pour leur apprendre que Dieu S’est obligé à rabaisser tout ce qui s’élève des choses de ce monde [Al Boukhari] signifiant que toute chose de ce monde connaît tôt ou tard son déclin.

Et Allah sait mieux !


Rubrique: Se réformer