7:13 - Jeudi 28 octobre, 2021

- 21. Rabīʿ al-Awwal 1443

L’épreuve des biens


Dans la sourate Al Kahf, Allah nous conte l’histoire de deux hommes. L’un d’eux était doté de grandes richesses provenant de la culture de terrains agricoles. Cependant, cette aisance matérielle fut la cause de son égarement spirituel. En effet, cet homme se montra hautain envers son compagnon, qui lui était croyant et reconnaissant envers Allah, bien que moins fortuné. Il lui dit avec mépris : Je possède plus de bien que toi, et je suis plus puissant que toi grâce à mon clan [18;34]. Plus grave encore, son arrogance le poussa à croire qu’il n’avait pas besoin d’Allah et à douter du Jour du Jugement Dernier. Son compagnon, fervent croyant, lui donna des conseils et l’incita à ne pas mécroire en lui rappelant que tout bienfait provient d’Allah : Oserais-tu donc te rebeller contre Celui qui t’a créé de terre, puis d’un liquide et a finalement fait de toi un homme ? [18;37]. Il essaya également de le raisonner en tentant de lui faire prendre conscience du caractère éphémère de la vie et du fait que les situations bonnes et mauvaises sont amenées à changer par la volonté de Dieu. Entêté, l’homme orgueilleux n’écouta pas les sages conseils de son compagnon. Quelques temps plus tard ses jardins fruitiers furent ravagés par de violentes intempéries. C’est alors seulement qu’il se remit en question et regretta son comportement envers Dieu.

Cette histoire est importante et riche d’enseignements. Allah nous l’a rapportée afin que nous puissions en tirer des leçons durant toute notre vie. S’il n’y a pas de mal à vivre bien ou à rechercher un certain confort, la recherche du profit ne doit pas se faire à tout prix. Cela ne devrait pas devenir pour nous une préoccupation majeure dès lors que l’on gagne déjà de quoi vivre. Le Prophète (paix et salut sur lui)disait d’ailleurs : Ô Mon Dieu (…) ne fais pas du bas monde mon principal souci ni le seul objet de mes connaissances [Al Tirmidhi, Sahih]. D’une part, cette aisance relève d’une jouissance temporaire et peut devenir, d’autre part, une tentation qui nous éloigne de Dieu. Allah nous le rappelle en disant : Ô croyants ! Que ni vos biens ni vos enfants ne vous distraient du souvenir d’Allah, car alors vous serez parmi les perdants [63;9]. Or, pour le musulman, les biens matériels doivent être un moyen de se rapprocher d’Allah ne serait-ce qu’à travers la reconnaissance qu’on Lui témoigne. Allah dit : Si vous êtes reconnaissants, très certainement J’augmenterai [Mes bienfaits] pour vous. Mais si vous êtes ingrats, Mon châtiment sera terrible [14;7].

Le croyant doit également se souvenir que ce qu’il y a auprès d’Allah est éternel et nullement comparable à tout ce que l’on trouve dans ce bas monde. La foi est incontestablement le meilleur bien et le plus grand bienfait que l’on puisse recevoir : Les biens et les enfants sont l’ornement de la vie de ce monde. Cependant, les bonnes œuvres qui persistent ont auprès de ton Seigneur une meilleure récompense et (suscitent) une belle espérance[18;46].


Rubrique: Sourate Al Kahf