5:52 - Dimanche 25 août, 2019

- 23. Dhū al-Ḥijja 1440

Dompter son égo


Parmi les demeures spirituelles, réside celle du dressage de l’âme. Elle consiste à l’entraîner à la véracité et à la sincérité. L’auteur [Abdallah Al Ansari Al Harawi] parle lui de l’entraînement de l’âme à accepter la véracité.

Ceci lorsque le serviteur la soumet à l’épreuve de la véracité de ses paroles, de ses actes et de sa volonté. L’âme doit alors s’y soumettre et, de même, accepter la vérité de celui qui la lui soumet.

Par conséquent, ta propre vérité ne suffit pas. Il faut aussi reconnaître la vérité des véridiques. Car beaucoup de gens croient à leur vérité mais l’orgueil, l’envie ou bien d’autres choses les empêchent de reconnaître la vérité d’autrui. L’auteur ajoute : ‘Ce dressage spirituel comporte trois degrés : celui des gens du commun qui consiste à améliorer le caractère grâce à la science, à purifier les œuvres grâce à la sincérité et à favoriser ses propres droits dans les rapports avec autrui.’ Pour ce qui est de l’amélioration du caractère grâce à la science, l’auteur entend la restauration et la purification des valeurs morales en vertu des exigences de la science. Ainsi, le serviteur se voue exclusivement aux exigences de la science, de sorte que ses moindres faits soient mesurés à l’aune de la Loi religieuse.

Pour ce qui est de la purification des œuvres par la sincérité, elle consiste à les dépouiller de tout motif qui les affecte et qui n’est pas voué à Dieu. Il s’agit en somme d’unifier le vouloir et de dépouiller son motif.

En ce qui concerne l’attitude à favoriser tes droits dans tes rapports avec autrui, elle consiste à remettre parfaitement tout ce dont on doit s’acquitter comme devoirs envers Dieu puis envers Ses créatures, en étant bien intentionné à l’égard de tous et en contentant parfaitement chacun pour pouvoir jouir de son éloge et de sa reconnaissance. Mais comme ces trois choses sont extrêmement difficiles pour l’âme, elles exigent le dressage de celle-ci et ce n’est qu’en s’y accoutumant qu’elles forment le bon caractère.

Tiré de Les Sentiers Des Itinérants de l’Imam Ibn Qayyîm Al-Jawziyy


Rubrique: Le sentier des itinérants