19:09 - Mardi 11 décembre, 2018

- 2. Rabīʿ al-Ākhir 1440

Al Tawwab


altawwabComme nous l’avons déjà évoqué, la bonne compréhension des Noms et Attributs Divins permet au croyant de saisir un peu mieux la Réalité Divine. Cette étude devrait nous aider à donner à Dieu la considération qu’Il mérite pour finalement vivre une relation profonde avec Lui. Fort de cette compréhension, l’attitude du croyant vis-à-vis de Dieu prend alors une toute autre dimension. Il pourra désormais se rapprocher d’Allah, par la reconnaissance de l’unicité d’Al Ahad, l’espoir infini dans la miséricorde d’Al Rahman, la confiance absolue dans la sagesse d’Al Hakim, la soumission totale devant le pouvoir d’Al Malik, ou encore, l’amour brûlant pour Celui dont l’amour est parfait, Al Wadoud, et qui ne souffre d’aucun défaut, Al Salam.

Cependant, même avec une telle connaissance, le croyant, de par sa nature d’homme imparfait, sera nécessairement amené à commettre des fautes. En effet, personne – hormis les prophètes – n’est à l’abri du péché. L’Envoyé de Dieu dit : L’erreur est humaine, et les meilleurs des fautifs sont ceux qui se reprennent [Al Tirmidhi & Ibn Majah]. Aussi, afin de ne pas nous laisser tomber dans le désespoir au regard de nos erreurs, Allah nous informe qu’Il est Al Tawwab, Celui qui revient sans cesse vers le serviteur repentant : Il est alors revenu vers eux (les fautifs) afin qu’ils se repentent, car Allah est Celui qui revient sans cesse (vers le repentant), le Miséricordieux [9;118].

En arabe, le verbe taba est un synonyme de raja’a qui signifie « revenir, retourner ». Al Tawwab est donc « celui qui revient vers Ses serviteurs quand bien même ceux-ci ne cessent de faire des faux-pas, tant que ceux-ci se repentent ».

Les doctes s’accordent à dire que le repentir doit réunir certaines conditions pour être sincère. Il doit d’abord s’accompagner de regrets et d’une demande de pardon. Il faut également que le repentant mette un terme à sa désobéissance et qu’il exprime la résolution de ne plus y revenir. À cela, certains recommandent aussi l’éloignement de tout ce qui constitue un mauvais environnement propice à nous faire retomber dans l’état antérieur à la repentance.

Se repentir signifie donc revenir à Dieu et à ce qu’Il a voulu pour nous, c’est un retour à notre nature originelle. Le vrai repentir ne consiste donc pas simplement à demander pardon pour un péché. Il s’agit plutôt d’une démarche globale de renoncement à tout ce qui déplaît à Dieu, afin de vivre en conformité avec Ses commandements : repentez-vous tous à Dieu, ô croyants afin que vous soyez heureux [24;31]. Tels sont les repentants aimés de Dieu : en vérité, Allah aime ceux qui se repentent et ceux qui se purifient [2;222]. À l’inverse, Dieu nous apprend dans Son Livre que ceux qui ne se repentent pas sont injustes [49;11] : injustes envers eux-mêmes en se privant de toute possibilité de retour à Dieu.

La repentance n’est donc pas à négliger. Elle doit, au contraire, nous accompagner en permanence, dans notre cheminement spirituel. Ainsi le croyant repentant vivra-t-il une progression et une amélioration continues dans sa foi, son éthique, et son agir. Le Prophète (paix et salut sur lui) lui-même, bien que préservé du péché, exprimait ses demandes de pardon à Dieu et son repentir plus d’une centaine de fois par jour [Al Boukhari].

Le repentir du serviteur est d’ailleurs l’un des actes les plus aimé de Dieu. Cela est attesté par le niveau de réjouissance d’Al Tawwab lors de la repentance de Sa créature comme en témoigne ce récit du Prophète (paix et salut sur lui) : Dieu se réjouit plus de la repentance de Son serviteur lorsqu’il se repent à Lui, que ne le serait l’un des vôtres qui aurait perdu sa monture et ses vivres au milieu d’un désert, s’allongeant à l’ombre d’un arbre, désespéré, et la retrouvant alors… [Mouslim]. Al Tawwab aime que Son serviteur revienne à Lui pour pouvoir lui pardonner et manifester Sa miséricorde : Ô Fils d’Adam ! Tant que tu M’invoques et places en Moi ton espoir, Je te pardonnerai quoi que tu aies fait, sans y attacher d’importance. Ô Fils d’Adam ! Si tes péchés atteignaient les nuages des cieux, et qu’ensuite tu sollicitais Mon pardon, Je te l’accorderai, sans y attacher d’importance. Ô Fils d’Adam ! Si tu te présentes devant Moi avec autant de péchés que peut en contenir la Terre et qu’ensuite tu Me rencontres sans M’avoir associé qui que ce soit, Je t’accorderai un pardon à la mesure de tes péchés [Al Tirmidhi : hassan].

Prenons aussi garde à la procrastination dans le repentir, remettant toujours celui-ci à plus tard. Cette « porte » ne demeurera pas éternellement ouverte : elle se refermera pour l’individu, avec l’agonie de la mort, et pour l’humanité, avec le lever du soleil à l’ouest, comme le confirment les paroles du Prophète (paix et salut sur lui).

Enfin, comme notre Seigneur aime pardonner à Ses serviteurs repentants, il convient que les croyants musulmans se parent de cette qualité, pardonnant à ceux qui, volontairement ou involontairement, leur ont causé du tort, dès lors que ceux-là ont reconnu et manifesté du regret pour leurs fautes ; sans jamais fermer à clef la porte du pardon.


Rubrique: Connaitre Dieu