3:47 - Lundi 6 décembre, 2021

- 1. Jumādā al-Ūlā 1443

Acquérir la piété


Allah le Majestueux dit : ô croyants, le jeûne vous a certes été prescrit comme il fut jadis prescrit à vos prédécesseurs, ainsi donc atteindrez-vous la piété [2;183]. Ce verset coranique nous montre l’objectif élevé pour lequel cette grande adoration qu’est le jeûne du mois de Ramadan a été rendue obligatoire à tout musulman, hommes ou femmes, pubères, sensés, et physiquement capables d’en supporter la difficulté. Le but de cette pratique n’est pas de nous épuiser ou de nous faire souffrir, mais plutôt de développer chez nous cette qualité en voie de raréfaction qu’est la piété. Le Coran exhorte tant de fois l’homme à faire sienne cette vertu, qu’il en devient ardu de dénombrer tous les passages qui l’évoquent. Dans la première interjection qui apparaît dans le recueil coranique, et qui prend à partie le genre humain, il est dit : ô hommes adorez-donc votre Dieu qui vous a créé et créa aussi ceux qui vécurent avant vous, ainsi ferez-vous acte de piété ! [2;21] Littéralement la piété [al taqwa] en arabe provient de la tournure réfléchie du verbe [waqa], qui signifie ‘préserver, protéger’, et qui devient donc [ttaqa], ‘se prémunir, se préserver’. La piété, telle que comprise dans l’Islam, c’est donc « se préserver de l’Enfer et de ses épreuves préliminaires, en se prémunissant de ce qui y mène comme actes immoraux, comme injustices, comme crimes, comme désobéissances à Dieu et à Son Envoyé (paix et salut sur lui), et comme maladies et défauts de l’âme et du caractère ». La personne pieuse est donc celle qui observe avec clairvoyance les commandements de Dieu, et se tient éloignée de ce qu’Il a interdit.

Le sujet abordé aujourd’hui est aussi vaste qu’important ; il a, par ailleurs, fait couler beaucoup d’encre. Nous essaierons donc dans ces quelques lignes de nous arrêter sur quelques-uns des signes [ayaat] coraniques afin d’en imprégner nos esprits et nos cœurs ; et prions Allah de pourvoir nos cœurs de piété, Lui qui est le Meilleur des pourvoyeurs !

La piété est l’âme de nos actes. Le Coran nous dit au sujet de la viande et de la chair des offrandes qui bénéficient aux pauvres et aux nécessiteux, mais dont Dieu n’a que faire : ni leur chair ni leur sang n’atteindront jamais Dieu, mais ce qui Lui parvient de vous, c’est plutôt votre piété [22;37]. Le Coran évoque aussi le cas de la construction de deux mosquées : deux bonnes œuvres en apparence et aux yeux des gens, pourtant l’une a été bâtie sur la piété et l’autre l’a été sur le désir d’éloigner les gens du Prophète (paix et salut sur lui) : une mosquée bâtie sur une base de piété, depuis le premier jour, mérite plus que tu t’y tiennes en prière [9;107]. C’est-à-dire que nos actes s’ils sont conformes à la manière de faire du Prophète (paix et salut sur lui), conformes avec les Textes, ne seront ensuite estimés qu’à l’aune des sentiments et de l’effort spirituel qui nous y ont conduits.

La piété habite les cœurs, et fait partie des œuvres du cœur, comme l’affirme le Coran : ceux qui abaissent leur voix – par humilité – devant l’Envoyé de Dieu sont bien ceux dont Dieu a rendu les cœurs aptes à recevoir la piété [49;3], et quiconque donne une grande importance aux rituels Divins, voilà bien ceux dont les cœurs sont emplis de piété [22;32]. L’Envoyé de Dieu (paix et salut sur lui) lors d’un prêche s’exclama par trois fois en pointant sa poitrine du doigt : la piété est ici ! la piété est ici ! la piété est ici ! [Mouslim].

La piété se manifeste ensuite nécessairement dans l’apparence de la personne. À travers son comportement tout d’abord : faites preuve d’indulgence cela est plus proche de la piété [2;237], soyez justes cela est plus proche de la piété [5;8] ; puis à travers ses paroles : Dieu fit descendre Sa quiétude sur Son Messager ainsi que sur les croyants, et les obligea à une parole de piété, dont ils étaient les plus dignes et les plus proches [48;26], ô croyants soyez pieux et tenez des propos décents [33;70] et enfin à travers ses actes : les pieux qui dépensent dans l’aisance et dans l’adversité, qui dominent leur colère et pardonnent à autrui [3;134]. Voilà donc les trois dimensions principales au travers desquelles se manifestent généralement la piété. Quant à l’apparence physique ou vestimentaire, outre l’humilité et la pudeur qui doivent guider notre manière d’être et de nous vêtir, il n’est nulle part fait mention d’une apparence particulière des pieux. Ces trois dimensions peuvent se retrouver dans le verset suivant : la bonté ne s’arrête pas au fait de tourner vos visages vers l’est ou vers l’ouest, mais la bonté est le fait de croire en Allah, au Jour dernier, aux Anges, au Livre et aux prophètes [dimension du cœur et de l’expression verbale], de donner de son bien, quelque amour qu’on en ait, aux proches, aux orphelins, aux nécessiteux, aux voyageurs indigents et à ceux qui demandent l’aide et pour délier les jougs, d’accomplir la prière et de se purifier [manifestation par les œuvres]. Et ceux qui remplissent leurs engagements lorsque ils se sont engagés, ceux qui font montre d’endurance dans la peine et l’adversité [manifestions éthique et morale], les voilà les véridiques et les voilà les vrais pieux ! [2;177].

La piété est en fait la parure de l’âme, car Dieu dit après avoir affirmé la permission de porter de beaux habits pour recouvrir son corps : mais le vêtement de la piété, voilà qui est meilleur ! [7;26]. Elle est aussi la meilleure provision ou le meilleur bagage pour le voyage vers l’au-delà, comme le Coran l’indique au travers d’une parabole adressée à ceux qui se préparent à accomplir leur pèlerinage : n’oubliez pas de faire vos provisions, et [n’oubliez pas que] la meilleure provision est la piété [2;197].

C’est pour toutes ces raisons que le Livre sacré nous recommande de nous encourager et de nous entraider mutuellement à atteindre ce noble objectif qu’est la piété : entraidez-vous dans les bonnes œuvres et la piété, et de ne surtout pas nous « engrainer » – pour reprendre l’expression répandue – à commettre des délits et des crimes, quand bien même ce serait au nom de liens familiaux ou amicaux, car cela ne relève aucunement de la piété : ne vous soutenez pas dans le péché et la transgression et soyez pieux car Dieu est ferme en son châtiment [5;2].

Enfin, la personne développant cette noble qualité se verra comblée de dons et de faveurs dans cette vie et dans l’autre. Citons le fait que Dieu lui fraiera une issue dans toutes les situations complexes de la vie : qui fait preuve de piété, Nous lui accorderons une issue [65;2]. Il lui octroiera ce dont elle a besoin de façon surprenante : et lui accorderons ce dont il a besoin de façon impromptue [65;3]. Il lui facilitera la réalisation des œuvres qui conduisent à Sa satisfaction : et quiconque fait preuve de piété trouvera de la facilité dans ses affaires [65;4]. Il la soutiendra dans l’adversité : si vous êtes pieux et endurants et que vous êtes assaillis, Dieu vous soutiendra par un renfort de cinq milliers d’anges [3;120]. Il lui attribuera de plus la capacité de discerner le vrai du faux, et le bien du mal, et lui fera bénéficier de surcroît de Son pardon et de la non-comptabilisation de ses faux pas [car la piété n’empêche pas d’en faire !] : Ô vous qui croyez ! Si vous faîtes preuve de piété envers Dieu, Il vous accordera la faculté de discerner, effacera vos méfaits et vous pardonnera [8;29]. Dieu est aussi le protecteur des pieux [45;19] qu’Il comblera de Sa grâce : Ma miséricorde embrasse toute chose. Je la prescrirai à ceux qui sont pieux, donnent l’aumône légale et croient en nos signes [7;156] ; qu’Il accompagne spirituellement : Dieu est avec ceux qui ont été pieux et ceux qui ont été bienfaisants [16;128]. Citons pour conclure le fait que les pieux - Qu’Allah fasse que nous soyons parmi eux ! - seront dans le ‘voisinage’ de Dieu au Paradis : Les pieux habiteront des Jardins traversés de ruisseaux dans un séjour bien réel, auprès d’un Souverain Omnipotent [54;54-55] et que Dieu aime les gens pieux [3;76]. Et la bonne fin est réservée aux pieux [20;132]… Mais ils ne se rappelleront que si Dieu le veut. C’est Lui qui est Le plus digne de piété ; et c’est Lui qui détient le pardon [74;56].

Et Allah sait mieux !


Rubrique: Bien comprendre l'Islam