7:58 - Lundi 23 juillet, 2018

- 10. Dhū al-Qaʿda 1439

Edito Juin 2017


Béni Celui qui détient la Royauté et qui peut absolument tout, Qui a créé la mort et la vie afin de nous éprouver et de voir qui parmi nous accomplirait les meilleures œuvres. Il est certes Puissant et Pardonneur. Que la paix et les bénédictions soient accordées à notre Prophète qui a transmis fidèlement le message, s’est montré bien intentionné vis-à-vis de la communauté, nous laissant sur une voie claire, et a lutté pour la cause de Son Seigneur avec tout l’effort qu’Il mérite.

Ibn Abbas témoigne du fait que le Prophète (paix et salut sur lui) était le plus généreux des hommes et cette générosité était exacerbée durant le Ramadan suite aux séances nocturnes et quotidiennes de « révision du Coran » entre le Prophète (paix et salut sur lui) et l’ange Gabriel [Mouslim]. Ce hadith met en exergue un aspect de la sounnah éthique qui est la générosité. Le Prophète (paix et salut sur lui) était généreux des biens qu’il possédait, mais pas seulement. Il était aussi généreux de son temps, de son attention, de son affection et de son énergie. Il était tout entier consacré à son prochain, dont il cherchait à la fois à améliorer le quotidien tout en le conduisant au salut et à la demeure de la félicité. Or cette bienfaisance redoublait du fait de lectures nocturnes du Coran, qui est la parole éternelle d’Allah.

Un des signes de la validité de l’œuvre et de la sincérité, du jeûne de Ramadan, de la lecture du Coran ou des prières de tarawih est justement que tout ceci se reflète sur le comportement du croyant qui sera alors plus prompt à pardonner, à patienter, à sourire, à faire preuve de gentillesse, à se montrer généreux. À l’inverse, la personne dont le mauvais caractère se révèle durant le jeûne de Ramadan ou à la suite des prières nocturnes, doit se poser des questions. Car le Coran , le jeûne et les prières doivent normalement polir le cœur et améliorer le caractère. Si tel n’est pas le cas, il faut alors s’atteler à chercher la sincérité en fuyant l’ostentation.

« N’est-ce pas le moment pour les croyants que leurs cœurs se recueillent à l’évocation d’Allah ? » [57;16].


Rubrique: L'édito